• Au choix



    Vous connaissez certainement
    " Les nuits d'une demoiselle "
    un chanson interprétée il y a bien longtemps déjà par Colette Renard
    et qui ne doit certainement pas sa célébrité
    au peu de passage radio à sa sortie.

    En voici les paroles pour vous la remémorer.


    Les nuits d'une demoiselle

    Que c'est bon d'être demoiselle
    Car le soir dans mon petit lit
    Quand l'étoile Vénus étincelle
    Quand doucement tombe la nuit

    Je m'fais sucer la friandise
    Je m'fais caresser le gardon
    Je m'fais empeser la chemise
    Je m'fais picorer le bonbon

    Je m'fais frotter la péninsule
    Je m'fais béliner le joyau
    Je m'fais remplir le vestibule
    Je m'fais ramoner l'abricot

    Je m'fais farcir la mottelette
    Je m'fais couvrir le rigondin
    Je me fais gonfler la mouflette
    Je m'fais donner le picotin

    Je m'fais laminer l'écrevisse
    Je m'fais froyer le cœur fendu
    Je me fais tailler la pelisse
    Je m'fais planter le mont velu

    Je m'fais briquer le casse-noisettes
    Je m'fais mamourer le bibelot
    Je m'fais sabrer la sucette
    Je me fais reluire le berlingot

    Je m'fais gauler la mignardise
    Je m'fais rafraîchir le tison
    Je me fais grossir la cerise
    Je m'fais nourrir le hérisson

    Je m'fais chevaucher la chosette
    Je m'fais chatouiller le bijou
    Je m'fais bricoler la cliquette
    Je me fais gâter le matou

    Mais vous me demanderez peut-être
    Ce que je fais le jour durant
    Oh! cela tient en peu de lettres
    Le jour, je baise, tout simplement



    2'27"
    Pour ceux qui ont des oreilles,
    la voix de Colette Renard.


    -+-


    Dernièrement j'ai entendu une nouvelle version.
    La version masculine.
    Ce qui est normal,
    il était temps que les hommes puissent s'exprimer
    sur leur façon de passer
    leurs nuits dans leur petit lit
    quand l'étoile Vénus étincelle.

    C'est Robeurt Féneck
    (non, il n'y a pas eu dérapage sur le clavier)
    qui s'y est collé.
    Il y a bizarrement deux versions.
    Voici celle que je préfère.
    Il semblerait que ce soit la deuxième version.


    Les nuits d'un damoiseau

    Que c'est bon d'être damoiseau
    Car le soir dans mon petit lit
    Quand l'étoile Vénus brille au haut
    Quand sur la ville tombe la nuit

    Je m'fais soupeser les valseuses
    Je m'fais user le calisson
    Je m'fais gonfler les caverneuses
    Je m'fais mesurer l'espadon

    J'me fais polisher la calandre
    J'me fais déboucher le gicleur
    J'me fais ramoner l'échappement
    J'me fait tarauder l'injecteur

    J'me fais fouetter la chantilly
    Je me fais lécher le chinois
    J'me fais réchauffer la bouillie
    J'me fais dérouler l'ver à soie

    Je m'fais défroisser l'col roulé
    Je m'fais amidonner le baveux
    Je m'fais égrener le taboulé
    Je me fais moucher le morveux

    Je m'fais souffler dans la trompette
    Je me fais suer le colosse
    Je me fais rissoler l'andouillette
    Je m'fais museler le molosse

    Je m'fais stimuler la prostate
    Je m'fais curer la vespasienne
    Je me fais nouer la cravate
    Je m'fais monter la canadienne

    Je m'fais une séance de ciné
    J'me fais la vie des amygdales
    J'me fais irriguer le veiné
    J'me fais gâter par Philippe Val

    Mais, vous me demanderez peut-être
    Ce que je fais le jour durant
    Oh, cela tient en très peu de lettres
    Le jour, je m'branle, tout simplement



    2'23"
    Pour ceux qui ont des oreilles, la voix de Robeurt Féneck.


    -+-

     
    Cet article est l'occasion de saluer l'initiative de nos dirigeants
    qui ont créé un
    Secrétariat d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes
    (c'est l'intitulé exact actuel).

    Enfin nous les hommes allons être les égaux des femmes.
    Cette injustice n'avait que trop duré.
    Heureusement certains avaient déjà osé montrer la voie.
    Merci t'à eux.
    http://www.osezlemasculinisme.fr



    votre commentaire


  • Puisque je ne suis pas satisfait des autres.


    Déjà une fois j'avais envisagé la création de ma propre religion/secte.
    http://bludog.eklablog.com/
    tout-compte-fait-ils-ne-sont-pas-si-differents-que-cela-a126131474

    Je viens de trouver le mode d'emploi détaillé dessiné par Riss pour arriver à mes fins.





    C'est aussi simple que ça.

    Mes fidèles pourront contribuer
    en euros,
    en dollars,
    en francs suisses,
    en yens,
    en yuans,
    en bitcoins,
    en chèques de voyage (on ne sait jamais...),
    en tickets-restaurant,
    en tickets de métro,
    en chien,
    en croquettes pour le chien,
    en liquides alcoolisés,
    en gariguettes,
    etc.

    J'accepterai tous les formes d'offrandes.





    votre commentaire


  • Mais où s'arrêteront-ils ?






    Priver Chris Froome de sa bicyclette
    et l'obliger à parcourir une partie de la fin de l'étape en courant...



    4 commentaires


  • Ben quoi, on l'y trouve.


    J'ai été été écrite par Rouget de Lisle en 1792 à Strasbourg
    et je m'appelais à l'origine "Chant de guerre pour l'Armée du Rhin".
    J'ai été adoptée par la France plusieurs fois comme hymne national.
    Une première fois par la Convention pendant neuf ans
    du 14 juillet 1795 (26 messidor an III) jusqu'à l'Empire en 1804
    où je fus abandonnée et remplacée par le "Chant du départ".
    Je fus reprise en 1830 pendant la révolution des Trois Glorieuses.
    La IIIe République me refit hymne national le 14 février 1879
    et en 1887 ma "version officielle" est adoptée
    en prévision de la célébration du Centenaire de la Révolution.
    Mon caractère d’hymne national est à nouveau affirmé
    dans l’article 2 de la Constitution du 27 octobre 1946 par la IVe République,
    et en 1958 par l’article 2 de la Constitution de la Cinquième République française.

    Je suis, je suis, je suis...


    La Marseillaise.


    Allons enfants de la Patrie,
    Le jour de gloire est arrivé !
    Contre nous de la tyrannie
    L'étendard sanglant est levé, (bis)
    Entendez-vous dans les campagnes
    Mugir ces féroces soldats ?
    Ils viennent jusque dans vos bras
    Égorger vos fils, vos compagnes !

    Refrain:
    Aux armes, citoyens,
    Formez vos bataillons,
    Marchons, marchons !
    Qu'un sang impur
    Abreuve nos sillons !


    Il y a encore six autres couplets dont je vous fais grâce.
    Dont le septième qui n'est pas de Rouget de Lisle
    et dont on ignore le nom de l'auteur.





    Alors une petite remarque.
    Moi je chante depuis tout petit
    (à l'époque on nous apprenait la Marseillaise à l'école laïque, gratuite et obligatoire)
    "dans nos campagnes", "dans nos bras" et "Égorger nos fils et nos compagnes".
    Pourvu que l'on ne me déchoie pas de la nationalité française.

    Vous je ne sais pas,
    mais mes deux passages préférés restent
    "l'étendard sanglant tèlevé" (verbe tèlever, premier groupe)
    et l'évocation du courageux soldat Séféro.
    Ben oui, "mugir Séféro ce soldat".



    -+-


    Hier aux infos
    j'ai vu un petit reportage
    sur la répétition du défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées.
    Il y aura une chorale de jeunes gens qui interpréteront la Marseillaise.
    Deux de ces jeunes gens placés à l'avant du groupe
    l'interpréteront en langue des signes.
    Le "Marchons, marchons" était particulièrement réussi.


    -+-


    Beaucoup l'ont chantée.
    Mais kicédonc qui la joue à la trompette ?


    34"


    -+-


    Non, contrairement à une légende tenace, il n'y a pas de rouget dans l'Ill.
    Le rouget de l'Ill peut juste donner lieu à une punition
    pour un pauvre élève qui a mal écouté la leçon.





    4 commentaires


  • C'est aujourd'hui la Fête des pères.



    Et qui dit fête dit cadeau.





    Pourvu qu'on ne m'offre pas ça.
    Je préférerais encore recevoir un aspirateur.
    Ou un fer à repasser.
    Même un collier de nouilles me ferait plus plaisir.

    Dites-le moi si je sens le gaz...




    2 commentaires