• Il n'y a pas que Bernadette qui s'y intéresse.






    Quel est l'intérêt pour le commerçant d'installer une telle machine ?
    Et surtout quel est l'intérêt pour le client de l'utiliser ?
    Une machine dans laquelle le client peut glisser ses pièces jaunes
    (de 1 centime à 2 euros quand même, très jaune la pièce de 2 euros)
    pour recevoir en échange un bon d'achat valable dans l'hyper.

    Pour le client, j'ai vraiment du mal à y voir un intérêt.
    Les pièces jaunes sont acceptées dans n'importe quel commerce.
    Dans cet hyper on peut également payer avec ses pièces jaunes.
    Pour éviter les caissières qui le plus souvent semblent dérangés par mon arrivée
    – et je ne veux pas déranger les caissières discutant avec leur voisine de caisse
    des derniers rebondissements des "Chtis à Vladivostok" –,
    le plus souvent je passe à la caisse automatique
    et même la petite caisse gobe les pièces jaunes.
    Et surtout je paie presque toujours par carte.
    Quand je paie en liquide
    c'est parce que je veux de la monnaie pour aller la dépenser dans les vide-greniers.

    Le bon d'achat on est contraint de le consommer dans l'hyper.
    Et en entier en une seule fois.
    Je vois mal le client découper avec des ciseaux le bon pour faire l'appoint.
    Tout bénef pour l'hyper.
    On peut également oublier de présenter le bon d'achat lors du paiement.
    Et pire le perdre avant la prochaine visite dans cette grande surface.
    Encore tout bénef pour l'hyper.
    On peut raisonnablement penser aussi qu'il y a une date limite d'utilisation du bon d'achat,
    donc une fois encore tout bénef pour le magasin si la date limite d'utilisation est dépassée
    parce qu'on l'a oublié dans un vêtement parti au lave-linge.
    Et un bon d'achat récupéré dans un filtre de lave-linge...
    En tout cas cette machine doit être rentable pour son propriétaire.
    Ça fait plusieurs mois qu'elle est là
    et je ne pense pas que le propriétaire soit un philanthrope.
    Enfin, j'affirme des trucs, je n'en sais rien.

    Que ferait Albert Londres s'il écrivait cet article ?
    Il irait vérifier avant d'écrire des bêtises.
    Je vais donc payer de ma personne et de ma voiture pour aller vérifier.
    Justement dernièrement,
    l'eau ne s'écoulant plus correctement,
    j'ai dû nettoyer le filtre du lave-linge.
    Et j'y avais trouvé ceci.



    Ce n'est pas une pièce de monnaie de l'époque mérovingienne.
    Mais bien une pièce de 1 centime
    ayant subi pendant plusieurs mois les outrages du Skip.
    Effrayant, non ?
    C'est bien sûr la pièce que j'envisage d'utiliser pour mener à bien mon expérience.

    J'y vais.
    Je monte dans mon fier destrier à moteur et je reviens.

    ...
    Une heure s'est écoulée...
    ...

    Je suis de retour.
    Alors d'abord j'ai glissé ma pièce dans la machine.
    La machine n'aime pas les pièces de 1 centime à l'allure mérovingienne et l'a recrachée.
    Alors que la Banque de France après moult contrôles l'aurait certainement acceptée.
    J'ai alors fait le sacrifice d'une pièce de 1 centime présentable,
    si déjà j'avais fait le déplacement...
    J'ai glissé cette nouvelle pièce dans la machine,
    lui ai dit lorsqu'elle me l'a demandé que je n'avais pas d'autre pièce,
    "Voulez-vous vraiment votre votre bon d'achat maintenant?",
    oui, bien sûr, je suis venu exprès pour ça.
    Toc.
    (L'écran tactile ne fait pas clic).
    L'écran tactile est revenu sur la page d'accueil.
    ET AUCUN BON D'ACHAT N'EST SORTI DU BANDIT MANCHOT !

    La machine est installée à l'accueil du magasin.
    J'ai donc facilement pu appeler l'hôtesse d'accueil
    et lui ai expliqué que je ne recevais pas le bon d'achat pour ma pièce de 1 centime.
    Elle a alors appuyé plusieurs fois,
    de plus en plus fort,
    sur l'écran tactile
    et miraculeusement mon bon d'achat est apparu.
    "Oui, on a du mal avec cet écran tactile.
    Vous avez le montant crédité correspondant aux pièces que vous avez insérées?"
    J'avais le montant de toute ma pièce de 1 centime
    crédité sur mon bon d'achat.
    Le bon est valable un mois.



    Mais je ne vais pas le donner à mon passage en caisse.
    Surtout qu'il n'est pas accepté en caisse automatique.

    Je vais l'encadrer et pendant plusieurs générations lors des repas de famille
    on pourra évoquer la mémoire de l'ancêtre un peu loufoque
    qui s'était fait imprimer un bon d'achat de 1 centime par une machine attrape-couillons.
    Peut-être même qu'ils boiront un coup à ma santé.




    4 commentaires