• Alertez les hyènes !



    Et les vautours aussi !


    Peut-être que vous n'écoutiez pas France Inter dimanche dernier à 5h30.
    Oui, du matin.
    Moi d'habitude non plus, mais en voiture il m'arrive de le faire.

    Je vais donc vous raconter ce que j'ai appris ce matin-là.

    L'émission s’appelait "CO² mon amour"
    et était en fait une rediffusion nocturne de la diffusion diurne.
    L'une des invitées
    (je n'ai pas entendu l'émission en entier)
    était la chanteuse Camille.
    Je ne l'avais pas reconnue,
    ce n'est qu'après coup,
    en regardant les programmes de la station pour savoir qui j'avais écouté,
    que j'ai su que c'était elle.
    Et donc Camille nous parlait de la terre qu'on maltraitait,
    pas la terre la grosse boule ronde,
    non,
    le machin qui est là pour planter des légumes et des arbres.
    Il faut uniquement nourrir la terre d'excréments ou assimilés
    et y laisser vivre toutes les petites bêtes qui y vivent.
    Je n'ignorais pas qu'on la maltraitait.
    Calme-toi Marlène, pas Camille, la terre.

    C'est ensuite que c'est devenu intéressant.
    Attention.

    Surtout,
    PAS DE CADAVRES EN DÉCOMPOSITION DANS LA TERRE.

    Et pas d'incinération non plus,
    TRÈS MAUVAIS POUR LE BILAN CARBONE.

    Ah oui, ok Camille,
    et qu'est-ce qu'on va faire de moi quand je ne serai plus vivant ?

    Camille avait la solution.

    IL FAUT LAISSER FAIRE LES ANIMAUX NÉCROPHAGES.

    Je trouve l'idée formidable.
    Nous avons déjà des cimetières partout.
    Il suffira d'y déposer les cadavres.
    Bon, si on fait ça on risque quand même le blocage des routes
    par les entreprises de pompes funèbres
    pendant 2 jours suivis de 3 jours de non-blocage et ainsi de suite.
    Les animaux nécrophages,
    vautours, hyènes, chacals et même sangliers
    ainsi que différents insectes,
    comprendront vite
    où ils pourront désormais trouver abondance de nourriture,
    l'instinct animal ayant été inventé pour ça.
    Ah, se faire dévorer par une hyène rieuse,
    quelle belle fin de vie,
    ou plus exactement quel beau début de mort.





    Pour être complet je dois encore ajouter
    qu'un monsieur est alors intervenu en affirmant qu'au Tibet c'est ce qu'ils font.
    Quand je croiserai Tintin je lui demanderai.
    Il doit savoir, lui, il était déjà au Tibet.

    Puis Camille a alors commencé à tousser,
    elle aurait voulu boire de l'eau,
    mais sa gourde était vide
    et elle ne voulait pas de l'eau en bouteille que lui proposait France Inter.
    Elle a donc encore continué à tousser un peu.
    Les hyènes s'approchaient déjà dangereusement de la Maison de la radio
    quand Camille a pu reprendre son souffle.
    Elle en a profité pour dire
    que si on n'aimait pas l'eau du robinet on pouvait la filtrer.

    Euh...
    On peut trouver quelque part le bilan carbone des filtres à eau du robinet ?

    -+-

    Message personnel.
    Moi j'adore l'eau plate de mon robinet, elle est excellente.
    Camille, passe me voir pour la goûter.
    Je te ferai également visiter mon cimetière.
    On pourra étudier la meilleure façon de le transformer en zoo nécrophage.
    J'inviterai également le maire vert de ma commune.
    On lui fera part de notre projet.


    « Alertez les héritiers !Mais qu'est-ce qu'ils font là ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 20 Avril à 22:30

    Pas inintéressantes, les idées de cette fille, quoique ...
    Elle me conforte quand même dans l'idée qu'elle est un tantinet  disons, utopique, ou peut-être, extra-terrestre ... militante et extrême à tout le moins.
    Ce genre de personne fait un balancier relativement optimiste avec les "vrais" vautours, ceux qui se foutent de la planète comme d'une guigne, du moment que l'argent et le pouvoir etc.

      • Dimanche 22 Avril à 08:44

        Ce qui m'avait dérangé il y a quelques mois c'est l'interdiction des sachets gratuits.
        Non pas que je sois pour qu'on les abandonne dans la nature, je crois pouvoir affirmer que de toute ma vie je ne l'ai jamais fait. Je les réutilisais toujours, ne serait-ce que pour y mettre des déchets rassemblés avant de les mettre à la poubelle.
        Maintenant il arrive régulièrement que le commerçant demande si on veut un sachet. Il coûte, alors qu'il était "gratuit" autrefois, en général entre 5 et 20 centimes.
        J'en conclus donc que si on paie on peut continuer à polluer.
        Ça me dépasse vraiment.
        Le seul gagnant ce n'est la nature, mais le commerçant dont les prix n'ont pas baissé depuis qu'il ne distribue plus systématiquement de sachet.

    2
    Samedi 21 Avril à 19:07

    hé bien voilà, les cannibales avaient tout compris !

    pour l'eau, je peux proposer à Camille une bouteille de vieille eau de vie ... m'étonnerais que des cochonneries y aient survécu....clown

    bon week end

      • Dimanche 22 Avril à 08:54

        Soyons fous, dépassons Groland.
        Comme on est en train d'essayer de modifier la Constitution on pourrait y rajouter un  article sur l'obligation du cannibalisme.

        Il paraît que dans certaines régions l'eau-de-vie servait aussi à rincer les biberons. On s'arrangeait même pour y laisser un petit fond pour que le nourrisson se rendorme rapidement.
        C'est un peu normal. Comme nous l'avions évoqué il y a longtemps, les petiots.iotes (je ne sais jamais combien de lettres il faut laisser :-) ) étaient pour certains.aines en manque après avoir tété leur maman qui buvait de la bière pour avoir une bonne production de lait.
        J'en suis un exemple vivant.
        Seulement pour le lait.
        ...
        Ou alors on ne m'a pas mis au courant pour le rinçage du biberon. :-)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :




    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :