• Juste un dessin.




    On en viendrait presque à aimer les chats et la neige.





    Une vie, c'est lorsque la mort prend des vacances.
    – Tomi Ungerer –


    2 commentaires


  • Il suffit de savoir regarder avec les yeux.






    " Face to Face "
    est un recueil de photos
    de François et Jean Robert
    paru en 1995
    aux éditions Lars Müller Publishers.

    Objets du quotidien
    qui prennent vie
    une fois qu'ils sont isolés de leur environnement
    et observés sous l'angle kivabien.

    Ouvrons le livre
    et soyons étonnés.



































    Refermons le livre.





    Une version en couleur,
    avec moins de pages,
    plus destinée aux enfants,
    est parue en 2004 chez Chronicle Books.
    Livre feuilleté par une main anonyme
    ici
    https://www.youtube.com/watch?v=-iQcvn6sThA


    -+-


    L'avantage de cet article,
    c'est qu'il permet de découvrir la fameuse colonne de droite.



    2 commentaires


  • Falaises.






    2019


    -+-


    Faites-le dans la nature
    Contre un arbre
    Sous une table
    Sur un  toit
    Derrière le cimetière
    À dos de chameau
    Dans une Espace
    Adossé à la statue de Beethoven
    Dans la cave
    À cheval sur une moto
    Au milieu d'un stade
    Sur une chaise
    Contre un mur
    Dans le TGV
    Accroché à une branche
    Aux water
    Et caetera, et caetera.
    Mais ne le faites jamais
    Ne le faites jamais
    Dans un lit.
    Les lits c'est fait pour dormir.
    C'est fait pour mourir.
    C'est pas fait pour faire l'amour.

    – Georges Wolinski –





    -+-



    " Quand la femme regarde le soleil, l'homme regarde la lune "
    – B[LUDO]G –


    3 commentaires


  • Champagne pour moi,
    Caviar pour moi.







    Une vieille chanson de Jacques Higelin.
    Probablement que nos voisins Britanniques n'avaient pas compris ce que chantait Higelin.
    Ce qui nous aura évité une guerre avec la perfide Albion.



    4'14"


    I love the Queen
    – Jacques Higelin –

    Today is a beautiful day
    Because the sun shines
    And the sky is blue
    And I mean
    I love the Queen
    And I go to Buckinghamm Palace
    To make my play

    I love the Queen
    I love the Queen Elizabeth

    And tomorrow
    I take my breakfeast with the Queen
    And after
    I make horse with the Queen
    And after Horse
    I make love with the Queen
    Elizabeth

    I love the Queen
    I love the Queen Elizabeth

    But
    The Prince Philippe is jaloux
    Why ?
    Pourquoi le Prince Philippe is jaloux
    The Prince Philippe is jaloux
    Because
    I am the father of the little Prince Charles
    Ouh la la la

    I love the Queen
    I love the Queen Elizabeth

    And my name is Paul Mac Cartney


    -+-


    Personnellement j'ai toujours trouvé que Charles P.
    ressemblait beaucoup à monsieur De Gaulle.

    À propos de fils de,
    j'ai vu dernièrement le fils de Sir Mick Jagger.
    Je lui trouve plutôt un air de ressemblance avec Charlie Watts.
    Je dis ça, je dis rien.
    Je n'aimerais pas semer la zizanie dans le monde policé du rock'n'roll.

    J'aime bien le mot policé.
    Je suis content d'avoir trouvé moyen de l'utiliser.





    4 commentaires


  • Et pas de raton laveur sous la douche.


    Vous connaissez certainement "Psychose" d'Alfred Hitchcock.
    Donc vous êtes pris d'une appréhension justifiée en entrant dans une cabine de douche
    et vous y restez le moins longtemps possible.

    Ce soir sera diffusé sur Arte à 22h55
    (vous pouvez vous coucher tard ce soir, demain vous pourrez vous reposer au travail)
    " 78/52: les derniers secrets de Psychose ".
    Un documentaire de 85 minutes consacré à 2 minutes de film.
    Mais quel film, et quelle scène mythique.
    "Psychose" et sa scène de la douche.









    Effrayante scène.
    Pourtant le couteau ne touche qu'une seule fois le corps de l'actrice.
    Corps qui n'est pas toujours celui de l'actrice, mais parfois celui d'une doublure, Marli Renfro.
    Cadrage tiré au cordeau pour ne laisser voir aucune partie de corps "taboue".
    La scène avait été vérifiée au montage image par image.
    Le seul plan où le couteau touche le ventre de la doublure laisse voir un nombril,
    ce qui était osé dans un film américain de l'époque.









    Le sang, c'était du sirop de chocolat.
    Pour le son des coups de couteau assénés par Norman Bates
    les bruiteurs avaient utilisé un gros morceau d'aloyau de bœuf
    et un melon casaba, sorte de melon qui rendait un son, paraît-il, plus dense.
    La révolution végan était en marche.

    Et puis il y a la musique de Bernard Hermann
    qui démarre brusquement quand le rideau de douche est tiré,
    puis épouse l'emballement cardiaque de l'héroïne,
    et s'essouffle à mesure qu'elle perd la vie...

    Vous pouvez revoir la scène dans la vidéo qui suit.
    Mais essayez donc de n'écouter que la bande sonore.
    Je trouve la scène encore plus effrayante.
    On s'est habitué aux images, on sait que c'est du cinéma.
    Mais si on n'a que le son on peut croire que ça se passe chez les voisins.
    Et ça c'est effrayant...


    2'09"











    Ce qui était également nouveau et avait remué les spectateurs à l'époque,
    c'est qu'on n'avait pas l'habitude à de voir la vedette disparaître au milieu du film.
    Qu'elle se fasse agresser,
    oui,
    mais quelques plans plus tard
    on la voyait à l'hôpital reprendre lentement connaissance.
    Dans "Psychose",
    quelques plans plus loin,
    Marion Crane est chargée dans le coffre d'une voiture,
    voiture qui est poussée dans un marécage où elle est engloutie.
    " MAIS ELLE EST VRAIMENT MORTE !!! "
    ressentait alors fortement le public.
    Les spectateurs regardaient la deuxième moitié du film dans un malaise persistant.

    Que les admiratrices d'Anthony Perkins se rassurent.
    D'abord elles n'auraient jamais pu le séduire.
    Ensuite ce n'est pas lui qu'on voit le couteau à la main.
    C'est une doublure.
    Hitchcock trouvait sa silhouette trop identifiable,
    il voulait que l'assassin soit "quelqu'un d'autre".







    3 commentaires