• Bic.



    Bon, moi je suis plutôt du genre à avoir été content
    de pouvoir quitter le système scolaire.
    Dire qu'il y a des gens qui y entrent à trois ans pour en sortir à soixante...

    Vous allez me dire que je devrais être content.
    Ces gens-là m'ont appris à lire, à écrire et à calculer.
    Oui, c'est vrai.
    Mais ce n'était pas la peine de me garder si longtemps.
    À neuf ans ils auraient pu me relâcher, j'avais appris tout ça.
    Le reste je l'ai appris dans la rue et sur le web.

    Mais à la rentrée j'étais quand même content.
    Chaque année je prenais la même résolution.
    Il fallait que j'arrive à utiliser toute l'encre contenue dans mon Bic tout neuf
    ainsi qu'arrivait à le faire deux fois par an l'instit.





    Je n'y suis jamais arrivé.
    Il devait à peine manquer trois ou quatre centimètres d'encre
    à la fin de l'année scolaire.
    Je me demandais toujours si j'y arriverai un jour.

    Et j'y suis arrivé il y a quelques jours !





    Mieux vaut tard que jamais.

    Tiens, ils ont percé un trou dans le capuchon
    pour que les parents ne puissent  plus occire leurs enfants
    en leur faisant avaler le capuchon.
    Dans mon enfance les congélateurs familiaux n'étaient pas encore répandus.





    Ce qui était bien avec ce Bic,
    c'est qu'on pouvait dévisser la recharge contenant l'encre
    et ôter le petit bouchon en matière plastique se trouvant au bout opposé.
    Vous voyez où je veux en venir ?





    Oui, cela donnait une sarbacane
    qu'on chargeait avec des grains de riz qu'on avait quémandés à sa maman.

    Je vais vous montrer.

    ...


    Mais ça marche plus !
    On ne peut plus dévisser la recharge contenant l'encre,
    ni ôter le petit bouchon à l'autre extrémité.
    Et on s'étonne après ça que les enfants traînent des pieds pour aller en classe.

    Rendez-nous les Bic originaux !
    On veut le Bic classique !
    Demandez aux Chinois, ils doivent encore avoir les plans.
    La Chine qui est un pays grand producteur de riz.
    Ceci explique sans doute cela.




    15 commentaires


  • Haircut.


    Vous le connaissez déjà, non ?
    Donald.





    Non, pas lui, Trump.
    Donald Trump.
    Le candidat à la candidature républicaine pour les élections présidentielles étasuniennes.





    Voilà vous y êtes.
    Eux aussi ont des candidats à la candidature républicaine pour les élections présidentielles.
    Il est célèbre pour ses propos.
    Et pour sa coiffure.

    C'est lui qui en ce moment a le vent en poupe dans son parti.







    Il y a des fayots qui approuvent ses propos.
    Mais le vrai fayot veut ressembler à son cassoulet.


    Voici le mode d'emploi.

    Comment faire un trump.







    Je n'ai pas très bien compris.
    Je crois que même si c'était en français je ne comprendrais pas.
    Alors si vous voulez tenter l'aventure,
    vous découpez l'explication de votre écran
    (c'est facile maintenant qu'ils sont plats)
    et vous emmenez la recette,
    ainsi qu'un traducteur,
    lors de votre prochaine visite chez le coiffeur.

    Et après intervention de l'homme/de la femme de l'Art vous serez beau.





    Résultat garanti.

    Il y a quand même une chose rassurante.
    Les Étasuniens votent en fonction des idées
    et non du physique.

    Euh...
    C'est peut-être pas si rassurant que ça
    qu'ils votent plutôt en fonction des idées de Donald...


    -:-


    Une partie de ma beauté est que je suis très riche.
    – Donald Trump –

    Il sait quand même garder les pattes sur terre, Donald.




    4 commentaires


  • Viagrae.


    Les femmes vont être contentes.
    Le laboratoire étasunien Sprout (ça ne s'invente pas)
    vient de développer ce que certains appellent déjà le Viagra féminin.
    L'Addyi, une petite pilule rose.





    Ce médicament devrait réveiller des désirs endormis.
    Pas d'action physiologique comme le Viagra,
    mais une action neurologique au niveau du cerveau.
    Bon, il faut déjà être non-ménopausée, ça limite la clientèle.
    Ensuite j'ai un peu de mal à comprendre la logique du truc.
    Si on veut avoir du désir, c'est que l'envie est déjà là
    et donc on a déjà envie de passer à l'acte, non ?
    Quelle idée de vouloir avoir du désir alors qu'on n'en ressent pas le besoin ?
    " J'ai envie de choux à la crème et je vais en manger ",
    je comprends.
    Par contre
    " J'ai pas envie de choux à la crème mais je vais me forcer à en manger ",
    je comprends pas.
    Encore une énigme de la féminitude.

    Il y a encore autre chose.
    Ce médicament qui ne semble efficace que sur 10% des femmes,
    mais c'est déjà mieux que rien pour celles qui estiment en avoir besoin,
    peut provoquer
    la somnolence,
    les chutes de tension artérielle,
    les évanouissements,
    et la nausée.
    Il ne manque plus que la diarrhée.
    Il ne faut pas boire d'alcool non plus
    et ne pas prendre de contraceptif oral
    en même temps que l'Addyi.

    Elles vont être bien les orgies étasuniennes.




    5 commentaires



  • Tintin et les oranges bleues
    Philippe Condroyer
    1964


    Mais tu vois comment ?


    Vous avez certainement déjà rencontré un daltonien.
    Ou une daltonienne, mais c'est beaucoup plus rare.
    7% de daltoniens contre 1% de daltoniennes.

    Et la première question que vous lui avez alors posé c'est
    " – Mais comment tu vois les feux tricolores ? ".
    Elle fonctionne bien ma boule de cristal, non ?


    Puis
    " – Et pour les habits ? "
    (question de fille)
    Ben j'achète ce qui me plaît
    et si la couleur n'est pas mentionnée sur l'étiquette
    (je suis un ours, je ne communique pas avec les vendeurs)
    je rentre presque toujours
    avec une pièce de vêtement verte alors que je la croyais beige
    ou rose très clair alors que je la croyais blanche ou gris léger.

    " – Et pour acheter des fruits et légumes ? ".
    C'est un peu plus dur,
    mais comme presque tout le monde,
    je tâte, je renifle et je laisse mûrir à la maison.
    Mais j'ai un avantage(?) avec les tomates.
    Je les vois déjà rouges trois jours avant qu'elles ne soient mûres.
    Et elles sont déjà bonnes à manger.

    Mais je sais que voulez surtout voir comment voit un daltonien
    et pas seulement savoir.

    Alors regardez.

    Mais juste encore un petit instant.
    Avant il faut quand même préciser
    qu'il y a différents troubles de la vue des couleurs.
    Le "vrai" daltonisme
    découvert par John Dalton
    (à ne pas confondre avec Joe Dalton)
    qui lui-même en souffrait
    (pas Joe Dalton, mais John Dalton),



    c'est la deutéranopie.
    Les autres troubles de la vision des couleurs
    ne sont que de pâles imitations de la deutéranopie.
    Certaines personnes ne voient même qu'en noir et blanc.
    Trop facile.

    Je vois que vous vous impatientez.

    Alors voilà.
    À gauche ce sont "vos couleurs", celles que vous voyez.
    À droite ce sont "les vraies couleurs" telles que je les vois et c'est moi qui ai raison.
    Si vous m'avez bien suivi,
    vous aurez compris que pour moi les deux images ont les mêmes couleurs.

    On y arrive, vous allez maintenant voir ce que voit un daltonien.



    – Cliquer sur l'image pour l'agrandir


    – Cliquer sur l'image pour l'agrandir




    – Cliquer sur l'image pour l'agrandir












    -:-

    Difficile de trouver des daltoniens célèbres.
    Trop handicapant le daltonisme pour "réussir" ?
    Il y a Helmut Newton (photographier en noir et blanc c'est OK),
    Albert Uderzo (a vite arrêté de mettre lui-même ses dessins en couleur),
    Mark Zuckerberg
    (on prétend que le logo de Facebook est bleu parce que Zuckerberg voit ce bleu,
    personnellement j'ai des doutes
    parce qu'il doit aussi y avoir des roses ou des violets
    qu'il voit comme le bleu Facebook),
    Ben (pas l'ancien pronostiqueur hippique, le dessinateur),
    Paul Newman (acteur c'est un métier accessible au daltonien).
    Et B[LUDO]G.


    -:-

    Et surtout,
    si vous avez la chance de connaître un daltonien,
    laissez-le faire.
    Il vous coloriera la vie.

     



    19 commentaires


  • Il y a toujours une solution.



    1'44"
    Il y a parfois des sous-titres
    qu'on pourrait presque qualifier de prémonitoires.


    Il suffirait pourtant que toute la zone euro se rende en Grèce
    et ne revienne que lorsque la dernière goutte du dernier tonneau d'ouzo aura été bue,
    que les dernières miettes de feta de la dernière fromagerie auront été appréciées,
    et que les dernières sandales auront été usées par le sirtaki.
    Alors on considérera les dettes comme remboursées,
    l'amitié européenne en sortira renforcée,
    et nos dirigeants signeront de nouveaux accords.

    Et le monde entier nous enviera.

    -:-

    Faudra quand même désigner un capitaine de soirée prolongée
    qui vérifiera ce qu'ils signeront tant qu'ils n'auront pas dessoûlé.




    10 commentaires