• Le Français a du mal avec les pourcentages.


    On avait déjà connu dernièrement des primaires
    où les responsables avaient réussi à calculer
    les pourcentages des voix obtenues par les candidats
    sans connaître le nombre de votants.

    Les sportifs ne sont pas en reste.
    Vous avez certainement entendu parler
    de la fusion/acquisition/absorption
    entre/par
    le Racing 92 et le Stade français,
    les deux équipes de rugby pro parisiennes.

    Les joueurs du Stade français ne sont pas contents.
    Ils ont l'impression d'être les dindons de la farce.
    Pour marquer le coup,
    les joueurs du Stade français
    ont voté la grève illimitée.
    Pas à l'unanimité, non.
    À 99,8 %.
    Un rapide calcul nous révèle que les 0,2 % manquants correspondent à
    – si on admet qu'il n'y a pas de demi-portion chez les rugbymen pros
    ce que je n'oserais d'ailleurs jamais affirmer
    si j'étais en face d'une de ces armoires à glace –
    à 1/500ème.
    Donc ce serait une équipe de rugby ayant 500 joueurs pros dans son écurie.
    Ça fait quand même beaucoup
    même en comptant les remplaçants.

    M'sieursdames les instit(e)s,
    il faudrait insister davantage sur l'apprentissage des pourcentages.





    -+-


    Après une rapide enquête j'ai appris qu'ils étaient 45 joueurs dans le club.





    2 commentaires


  • Mais bon sang,
    obéissez aux directives gouvernementales
    pour éviter les coupures d'électricité.







    Vous là,

     

    oui vous là,

     

     

     

    arrêtez

     

    immédiatement

     

    cet

     

    ordi

     

    !!!


     

     

     Heureusement que je suis là pour veiller au grain...





    6 commentaires



  • Pour que même avec Alzheimer on n'oublie pas.


    C'était il y a 2 ans, le 7 janvier 2015 à 11h30.

    Quelques dessins trouvés sur le site
    http://www.mauriceetpatapon.fr
    et destinés à être utilisés comme fond d'écran.









    Pour se faire un joli fond d'écran
    – cliquer sur l'image pour l'agrandir
    – sauvegarder l'image agrandie
    – puis... s'en servir comme fond d'écran

    Et puis soyons fous.
    Tentons le diable.
    Un des derniers dessins de Charb.
    Dessin paru dans Charlie Hebdo début janvier 2015.
    Celui de juste avant la boucherie.





    Même pas cap' !!!






    1 commentaire


  • Ah ben mince alors....







    C'est vrai que pour un dieu ça doit être une sacrée surprise.
    De quoi virer athée.





    votre commentaire


  • C'est un truc que vous ne connaissez pas en Vieille France
    (c'est le terme employé par les notaires).

     
    Les mannalas.
     

     
     


    Ce sont des petits pains briochés en forme de petit bonhomme.
    En alsacien mann (homme) + ala (suffixe qui rend le substantif petit)
    -> mannala (petit homme).
    Comme fésch (poisson) + ala -> féschala (petit poisson).
    Ou füess (pied) + ala -> füessala (petit pied).
    Etc.
    Voici de quoi doubler facilement votre vocabulaire alsacien.
    ...
    Tiens, en écrivant je viens de me rendre compte que chez moi ala était petit...

    Autrefois vendus uniquement à la saint-Nicolas
    (c'est aujourd'hui)
    et appréciés par la famille
    accompagnés d'un chocolat chaud (Schogolakaffee).
    Aujourd'hui on en trouve de début novembre jusqu'à Noël.
    Même plus longtemps pour ceux qui prennent la précaution d'en congeler.
    Le mannala supporte sans problème la congélation,
    décongelé il est comme frais.

    Depuis quelques années on trouve
    des variantes du genre pépites de chocolat
    ou saupoudré d'épices de Noël
    (canelle et sucre, mon palais n'a rien remarqué d'autre).
    Mais rien ne vaut le mannala nature.




    Quand j'était petit,
    j'arrachais d'abord la tête du mannala,
    puis les bras, puis les jambes
    pour terminer par manger son tronc.
    J'étais un petit monstre.

    Aujourd'hui je suis plus gentil.
    Je le coupe en deux dans le sens vertical
    et je rajoute une bonne couche de beurre à l'intérieur.
    C'est boooooooooooooon.
    Avec bien sûr une tasse de chocolat bien chaud.

    Il y a un deuxième petit pain qui est également de tradition à la saint-Nicolas.
    Le schnaggala.
    Rappelez-vous ce que vous avez appris plus haut.
    Schnagga (escargot) + ala -> ???
    .
    .
    .
    schnaggala (petit escargot) !!!
    Ils avaient déjà oublié...

    Le schnaggala est fabriqué avec la même pâte que le mannala.
    La pâte est étalée en un boudin pas très épais
    comme vous faisiez autrefois avec la pâte à modeler.
    Puis on enroule le premier tiers du boudin en escargot,
    on descend le deuxième tiers vers soi,
    et avec le reste (3/3 - 2/3 = ?) du boudin
    on refait un escargot enroulé dans le sens inverse du premier.
    Si vous avez des dons d'artiste
    ça aura donné un peu comme un grand S avec les deux bouts en escargot.

    " Is it a bird, is it plane? No it's a Schnaggala! ".

    Je n'aime pas trop les schnaggalas, les mannalas sont plus ludiques.
    Donc je n'en ai pas acheté.
    Et vous n'aurez donc pas de photo.
    Il faudra faire travailler votre imagination.





    6 commentaires