• Je m'étais toujours posé la question.


    Et le site fourchette-et-bikini vient d'y répondre.
    Il y est évoqué une étude psycho-comportementale étatsunienne
    sur un sujet de première importance pour les hommes.

    Le top 10 des prénoms des filles qui couchent le premier soir.

    http://www.fourchette-et-bikini.fr/psycho/
    top-10-des-prenoms-de-filles-qui-couchent-le-premier-soir-54692.html

    Je vous les donne ici
    pour celles et surtout pour ceux qui n'ont pas accès à internet.

    1. Lola
    2. Florence
    3. Stéphanie
    4. Mélanie
    5. Tiffany
    6. Camille
    7. Fanny
    8. Maryline
    9. Agathe
    10. Aurélie

    Dans le petit article qui accompagne ce hit-parade
    la rédactrice outrée se demande pourquoi il n'y a pas d'études sur
    " les prénoms de mecs qui couchent le premier soir ".

    Madame, je vais éclairer votre lanterne.
    Je ne sais quel est votre âge, mais de toute façon c'est pareil depuis la nuit des temps.
    Vous me paraissez bien mal connaître les hommes.

    Quel que soit leur prénom,
    tous les hommes veulent coucher le premier soir !


    Et même avant si possible.






    8 commentaires


  • On va s'entraîner au Schuhplattler.


    Cette année c'est du 16 septembre au 3 octobre
    que les Allemand(e)s vont se murger.
    À Munich se déroule l'Oktoberfest,
    la Fête d'octobre,
    la Fête de la bière.

    C'est le maire de la ville qui donne chaque année le coup d'envoi des festivités
    en perçant le premier fût de bière



    et en annonçant à voix haute dans son dialecte bavarois
    " O´zapft is !!! "
    ( " Le fût est percé !!! " ).

    Beaucoup de participants se rendent à la fête en costume folklorique.
    Les hommes en culotte de peau,
    les femmes vêtues d'un charmant dirndl.



    La tenue de l'Oktoberfest a donné l'occasion à Arte
    de donner un cours de Schuhplattler
    dans son indispensable émission "Karambolage".
     Ah, l'inoubliable enquête qui dura un an
    pour trouver une explication au fait
    que les Français portent leur alliance à l'annulaire gauche
    alors que les Allemands la portent à l'annulaire droit.
    Pour en arriver à la conclusion qu'on n'en savait fichtrement rien.


    Donc nous voici arrivés au but de cet article, le Schuhplattler.
    Le mieux est de regarder la vidéo.
    Qui vous expliquera
    son origine,
    son utilité,
    et surtout, surtout, vous proposera une formation en Schuhplattler.







    Et dans quelques minutes vous serez un vrai Bavarois, messieurs.


    Alors, messieurs, ça y est ?
    J'ai surtout retenu
    qu'il semblerait
    que c'était autrefois une sorte de parade nuptiale
    qui aurait été inspirée par celle du coq de bruyère.
    Je ne suis pas près de pouvoir demander sa main à Angela...

    Un dernier conseil.
    N'essayez surtout pas le Schuhplattler
    après avoir bu une dizaine de chopes de bière.




    2 commentaires


  • Alors patron, on a quoi au menu aujourd'hui ?


    Étudier un menu est toujours une surprise.
    Tenez, dans cette gargote par exemple.





    Certains plats paraissent bien appétissants.

    Le soin cérémonial aux épices.
    Enveloppement au Rassoul.
    Le fondant au chocolat.
    Le rituel gourmand.
    Le rituel du Pacha.
    ...
    J'aime les surprises.
    Patron, pour moi ce sera un
    Et bien d'autres encore... !


    -+-


    Malin comme vous êtes vous aviez déjà tout compris.





    Moi je veux bien récupérer le non-utilisé de l'épilation au caramel
    pour mon petit 4 heures.
    Pas les déchets, le non-utilisé.

    Tiens, ça faisait longtemps
    que je n'avais plus vu le mot "caramel" non associé à la locution "au beurre salé".
    L'épilation au caramel au beurre salé serait peut-être encore plus vendeur.





    2 commentaires


  • Cinq fruits et légumes par jour.


    On avait déjà l'habitat urbain,
    voici maintenant le potager urbain.

    En faisant ma promenade estivale annuelle en ville, je suis tombé sur ça.
    Quand le paysan part en ville tout l'émerveille.





    Oui, des fruits et légumes pour tous.
    Dans une caisse faisant environ 50x50x50 centimètres.
    Ici un plant de tomate.

    Ça part d'un bon sentiment.
    Sauf que les caisses sont disposées dans un passage couvert vitré.
    Donc lumière, oui, pluie, non.
    Quoique cette année, la pluie dans le sud de ma nouvelle grande région...
    Cet été sur les cartes météos en live,
    très joli passage de perturbations
    à gauche et/ou à droite de chez moi
    en m'évitant soigneusement.
    Merci les perturbations.





    Je ne sais pas si ce sont des tomates cerise
    ou des tomates normales qui refusent de grandir en potager urbain.
    ...
    Je viens d'aller vérifier chez moi.
    Je penche pour la tomate normale rachitique.

    Pour qu'un repas soit complet il ne faut bien sûr pas oublier le dessert.
    Ici ce seront des fraises.





    Pour que tout se déroule normalement
    il y a des avertissements, une sorte de règlement,
    les gens sont tellement irresponsables.





    Il faut prendre soin des potagers urbains.
    Pour ça il y a des pictogrammes.



    Je vous traduis les petits dessins, bien que je n'aie pas tout compris.
    On peut/doit
    arroser au jet,
    tondre,
    arroser avec un arrosoir,
    planter,
    récolter,
    nettoyer(?)
    les potagers urbains.

    Pour les toutous, c'est pipi interdit.
    Il y a des toutous qui se promènent seuls et/ou non laissés
    (verbe du 1er groupe "laisser", du nom "laisse").
    J'espère pour eux qu'ils ont appris à lire.
    Pour les humains on en est resté aux généralités.
    " Merci de ne rien jeter dans les bacs potager ".
    À chacun d'imaginer ce qu'il serait amusant de faire
    mais qu'il n'a malheureusement pas le droit de faire.

    La nourriture est à partager.
    Une tomate rachitique pour plus de 100000 habitants...

    Et il y a même une vidéosurveillance.
    Les petites frappes n'ont qu'à bien se tenir.
    Les incivilités, 24/24, ne passeront pas !




    votre commentaire


  • Mais comment elles font, elles ?


    Je ne suis pas un assidu des courses cyclistes masculines,
    mais quand on reste un petit moment sur la course
    on a du mal à échapper
    au spectacle de l'arrêt d'un ou de plusieurs participants
    pour ce qu'appelle alors pudiquement le commentateur
    " satisfaire un besoin naturel "
    (Nd[B]: pour pisser).





    Je regarde tout aussi peu les courses cyclistes féminines.
    Mais jamais je n'ai vu une sportive s'arrêter pour la même raison.
    Pourtant dans la vie telle que je la traverse,
    d'après mes constatations,
    les femmes fréquentent
    au moins autant que les hommes sinon plus les lieux d'aisance
    (Nd[B]: les pissoirs).
    Mais comment elles font, elles ?

    Je me demande si je veux vraiment savoir...



    Tiens, il reste une place libre.
    Si j'osais je sortirais mon vélo...


    votre commentaire