• Le jeu des 7 familles.


    Quand vous étiez encore plus petits
    vos jouiiez au jeu des 7 familles ?

    Moi aussi, beaucoup.

    J'adorais reprendre les cartes qu'on venait de me prendre.
    Il fallait avoir un peu de mémoire.
    Ça me convenait, je n'en avais qu'un peu.
    " Il m'a pris le grand-père, la mère, le père et la fille,
    comme j'ai la grand-mère il doit avoir
    le grand-père, la mère, le père, la fille
    ET le fils. "

    Chaque jeu des 7 familles avait sont thème,
    la plupart du temps activités (Famille Maçon)
    ou centre d'intérêts (Famille JeLis).
    Mon préféré c'était le jeu des 7 familles Tintin
    composé de 6 personnages remplaçant les membres de la famille
    et de 7 albums remplaçant les familles.

    Mais je ne sais pas si vous aviez remarqué une curiosité.
    Je suis sûr que vous l'aviez remarquée.
    Avec la plupart des vieux jeux,
    quand on plaçait côte à côte les 6 cartes des personnages d'une même famille
    on réalisait comme une mini-fresque,
    les cartes pouvant se joindre façon puzzle à jointures verticales pour la former.
    Une photo vaut mieux qu'un long discours.



    On comprend bien la façon de travailler du dessinateur et de l'imprimeur


    C'est le jeu avec lequel on jouait quand j'étais petit.
    Pas l'original qui a disparu depuis longtemps,
    mais le même jeu que j'ai eu la chance de retrouver il y a quelque temps déjà.
    Des cartes en mauvais carton non pelliculé et qui ne glissaient pas du tout.
    Qualité années 50.
    Mais ça se jouait.

    Qu'il était agréable ce jeu les après-midi pluvieux des vacances.
    Parce qu'à l'époque on avait des étés pluvieux.
    Et tout le monde se plaignait.
    On ne connaissait pas notre bonheur.

    C'est donc tout naturellement
    que lors d'une de mes déambulations dominicales matinales
    j'ai pris en mains un jeu des 7 familles aperçu sur un stand de vide-grenier.
    Et là, surprise, le jeu avait un thème que je n'avais encore jamais vu auparavant.
    "Les 7 familles du polar".

    On y trouve
    La famille Bavure,
    La famille Braquage,
    La famille En cavale,
    La famille Garde à vue,
    La famille Killer,
    La famille Prise d'otage,
    La famille Zonzon.



    La famille Killer et la famille Prise d'otage


    Déjà là c'était original.
    Mais ça l'est devenu encore plus quand j'ai vu placé à côté
    un petit livre des Éditions Baleine
    "Les 7 familles du polar".
    Livre composé des 6 personnages x 7 familles = 42 nouvelles.
    Nouvelles de moins de 3 pages la plupart du temps
    et écrites par 42 auteurs différents.
    Donc Jeu des 7 familles édité conjointement avec un livre ou inversement.





    Je n'ai pas pu résister longtemps.
    Je n'ai même pas résisté du tout.
    J'ai donné ma piécette et suis parti sourire aux lèvres,
    ce qui est rare chez moi.
    They made my day.

    Petit bémol.
    Les nouvelles ne sont pas très intéressantes.
    Un peu normal, moins de 3 pages, un sujet imposé (une des cartes du jeu),
    ce n'est pas très facile à rédiger.
    Mais que l'idée est jolie.
    Vais ranger les 2 objets au rayon Curiosités de ma bibliothèque.
    Sourire aux lèvres.


    2 commentaires


  • B[LUDO]G Holmes.


    C'était en 2013,
    tout allait encore bien,
    Google Maps en est témoin.





    Depuis quelque temps il y a eu du changement dans cette boulangerie
    entre Candy et Raphaël,
    mon flair m'informe des indices qui en sont la preuve.





    Après une minutieuse observation de la scène de la boulangerie
    on peut voir très nettement que Candy est partie
    et qu'elle a peut-être même emporté avec elle la recette de la banette
    (à confirmer).





    Et hop, encore une affaire résolue !
    Élémentaire mon cher W[ATSO]N.


    votre commentaire


  • Mais pourquoi les Japonais font-ils ça ?






    Les Japonais louent des voitures, comme partout dans le monde.
    Ce qui est curieux
    c'est ce qu'a découvert la société de location de véhicules japonaise Orix.
    Beaucoup de ses clients louent une voiture et ne roulent pas avec elle.

    Ah.
    Et que font-ils alors pendant cette location ?

    Je vous entends venir.
    Non, nous sommes au Japon, pas en France.
    Le Japon n'est pas le pays de la gaudriole.
    Si les Japonais s'en servaient pour ce que vous pensez,
    ils auraient peut-être plus de p'tits jeunes
    pour payer les retraites de leurs p'tits vieux
    qui commencent à devenir encombrants.

    Il fut donc enquêté.

    Certains clients louent des véhicules pour faire une sieste
    (curieux, moi je faisais ça discrètement au bureau)
    ou pour l’utiliser comme un espace de travail
    (curieux, j'avais un espace de "travail" au bureau).
    Certains rangent des sacs et autres effets personnels dans la voiture de location
    lorsque les casiers à pièces à proximité sont pleins
    (curieux, moi je stockais au bureau,
    enfin jusqu'au moment où on me sommait de tout emmener chez moi).
    Au lendemain du tremblement de terre et du tsunami
    qui ont frappé le Japon en 2011
    les voitures de location servaient souvent pour recharger les téléphones portables
    (curieux, la seule fois où j'ai vécu un tremblement de terre au bureau, euh...
    c'était il y a très longtemps, avant l'invention des téléphones portables).
    Certains aussi, ne trouvant pas de place pour manger tranquillement,
    mangent dans une voiture de location
    (curieux, moi à midi je mangeais au restaurant d'entreprise
    et le reste de la journée au bureau).

    Il faut dire qu'au Japon la location d'une voiture est bon marché.
    Il y a 12000 places de stationnement au Japon pour les voitures de location.
    Et 90% d'entre elles sont en attente d'utilisation.
    Donc, même si les sociétés de location ne peuvent facturer des frais kilométriques,
    elles empochent néanmoins le prix de la location d'un véhicule statique.

    .
    .
    .
    .
    .

    Ça ne fait pas rêver.
    Je n'aimerais pas être un Japonais.


    2 commentaires


  • NON !



    Vous aviez l'habitude de vous embrasser avant de prendre le train?
    Enfin pas de vous embrasser vous, l'autre.
    Si vous prenez le train à Warrington, en Angleterre,
    vous courez au devant de graves ennuis.





    Après rénovation de cette gare, il a été interdit de s'embrasser.

    Et pourquoi s'il vous plaît?

    Parce que la Chambre de commerce estime
    que ce sont les baisers et autres étreintes langoureuses
    qui provoquent des embouteillages
    sur le parking situé devant la gare et aux alentours.
    Mais il est encore toujours possible de se faire de doux bécots
    dans le parking payant se trouvant juste à côté.
    ...
    Non, les bisous d'adieu ne sont pas devenus payants à Warrington.

    Tiens, une taxe sur les bisous.
    Ils n'y ont pas encore pensé chez nous.
    Pourvu qu'ils ne me lisent pas.


    votre commentaire


  • Oui, c'est aujourd'hui la journée du baiser.






    Pour bien nous faire comprendre des personnes que nous croiserons aujourd'hui,
    révisons notre vocabulaire.

    bécoter
    bécot
    patin
    sucer la pomme
    fricassée de museaux
    sucer la poire
    biser
    galoche
    suçon
    coquer
    souris
    licher
    baisoter
    se becqueter
    faire une langue
    biger
    bise
    relicher
    donner le coup de torchon
    pelle
    kerave
    claquer une bise
    bec
    mimi
    faire une langue fourrée
    prendre la bouche
    licher la poire
    sucer la trogne
    lécher le museau
    sucer le museau
    sucer la pêche
    se sucer le caillou
    bizette
    ventouse
    baiser à la pincette
    se grignoter le museau
    bécotage
    bisoter
    rouler un gade
    se patiner
    croquer les quenottes
    boujouter
    sucer la gaufre
    rouler des saucisses
    sucer la couenne
    bec
    bicoter
    sucer le trognon
    téter la gueule
    bisonner
    emballer
    grouiner
    sucer le citron
    pigeonner
    se bouffer la pomme
    galocher
    filer une langue
    troncher
    suçage de fioles
    têter la pêche
    téter la gargarousse
    rouler un palot
    tétage de gueule
    filer la bise


    Reprenons notre souffle.

    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .


    Mais surtout, pour ne pas commettre d'impair,
    connaissons le nombre adéquat de bisous à dispenser
    suivant la région où nous habitons.


     
    – Cliquer sur la photo pour l'agrandir


    Chez moi c'est seulement deux.
    Va falloir que je déménage.


    Ah, Le Mans,
    ses rillettes, ses bisous...


    À consommer sans modération




    2 commentaires