• C'est une légende.
    Tous les cow-boys ne tiennent pas la boisson.






    Là on les reconnaît encore.
    C'est le début de la soirée.
    Ils sont tout beaux en couleurs.

    Mais, un peu plus tard, là...



    Ils sont maintenant en noir et blanc.
    Même plus exactement gris.
    C'est la déprime.

    Bon, OK, ce n'est pas la même soirée.
    Ou alors ils se sont changé
    après avoir renversé des boissons sur leurs belles chemises.
    Ce qui est peut-être le cas vu l'état de Steve McQueen.

    Mais bien que changés
    ils gardent le même genre de tenue festive
    du cow-boy élégant.
    On ne se refait pas.


    2 commentaires


  • Vous allez bientôt ouvrir vos cadeaux.
    Il n'y a plus qu'à espérer qu'ils auront été bien choisis.



    Si vous ne mettez pas d'autocollant
    " STOP PUB !!! "
    sur votre boîte aux lettres
    (personnellement je n'en mets pas, j'adore le papier)
    il se peut que vous puissiez recevoir,
    offert par votre compagnon,
    un des beaux cadeaux proposés dans le prospectus d'Auchan.

    " LES PLUS BEAUX CADEAUX s'offrent à vous ".





    Aaaaahhhh...
    Les petits messages cachés qui accompagnent parfois les cadeaux.
    Un bel aspirateur pour nettoyer le logis
    qui sera enfin aussi propre
    qu'il devrait depuis longtemps déjà l'être.
    Ou une centrale vapeur
    pour que les chemises de monsieur n'aient plus de faux plis.
    Terminées les scènes de ménage.

    Mon petit doigt me dit que les gens qui offrent ce genre de cadeau
    offriront pour la saint-Valentin de beaux sous-vêtement rouges.
    " Tu aurais au moins pu prendre ma taille, c'est beaucoup trop petit !!! "

    La friteuse ce sera pour l'anniversaire.


    votre commentaire


  • Un commerçant qui sait se projeter dans l'avenir.


    Vous aussi vous entendez des commerçants se plaindre ?
    C'est la faute d'internet,
    c'est la faute des grèves,
    c'est la faute des gilets jaunes,
    c'est la faute de la retenue à la source,
    c'est la faute de la météo,
    etc.

    Mais ce n'est jamais la faute du commerçant.

    Par contre voici un commerçant courageux
    qui, lui, prend le taureau par les cornes.





    En ce moment il peut encore vendre des marrons chauds.
    Mais si à noël avec le dérèglement climatique
    il fait 40°au sommet du Mont-Blanc,
    il aura un peu l'air con.

    Que nenni.
    Ce monsieur est déjà équipé pour le futur.
    Et pourra immédiatement se mettre à vendre des glaces aux promeneurs
    qui seront bien contents de le trouver sur leur route.
    Tout ça sans demander d'aides pécuniaires au gouvernement.

    Ce monsieur mériterait d'être nommé ministre de l'économie.


    votre commentaire


  • Le jeu des 7 familles.


    Quand vous étiez encore plus petits
    vos jouiiez au jeu des 7 familles ?

    Moi aussi, beaucoup.

    J'adorais reprendre les cartes qu'on venait de me prendre.
    Il fallait avoir un peu de mémoire.
    Ça me convenait, je n'en avais qu'un peu.
    " Il m'a pris le grand-père, la mère, le père et la fille,
    comme j'ai la grand-mère il doit avoir
    le grand-père, la mère, le père, la fille
    ET le fils. "

    Chaque jeu des 7 familles avait sont thème,
    la plupart du temps activités (Famille Maçon)
    ou centre d'intérêts (Famille JeLis).
    Mon préféré c'était le jeu des 7 familles Tintin
    composé de 6 personnages remplaçant les membres de la famille
    et de 7 albums remplaçant les familles.

    Mais je ne sais pas si vous aviez remarqué une curiosité.
    Je suis sûr que vous l'aviez remarquée.
    Avec la plupart des vieux jeux,
    quand on plaçait côte à côte les 6 cartes des personnages d'une même famille
    on réalisait comme une mini-fresque,
    les cartes pouvant se joindre façon puzzle à jointures verticales pour la former.
    Une photo vaut mieux qu'un long discours.



    On comprend bien la façon de travailler du dessinateur et de l'imprimeur


    C'est le jeu avec lequel on jouait quand j'étais petit.
    Pas l'original qui a disparu depuis longtemps,
    mais le même jeu que j'ai eu la chance de retrouver il y a quelque temps déjà.
    Des cartes en mauvais carton non pelliculé et qui ne glissaient pas du tout.
    Qualité années 50.
    Mais ça se jouait.

    Qu'il était agréable ce jeu les après-midi pluvieux des vacances.
    Parce qu'à l'époque on avait des étés pluvieux.
    Et tout le monde se plaignait.
    On ne connaissait pas notre bonheur.

    C'est donc tout naturellement
    que lors d'une de mes déambulations dominicales matinales
    j'ai pris en mains un jeu des 7 familles aperçu sur un stand de vide-grenier.
    Et là, surprise, le jeu avait un thème que je n'avais encore jamais vu auparavant.
    "Les 7 familles du polar".

    On y trouve
    La famille Bavure,
    La famille Braquage,
    La famille En cavale,
    La famille Garde à vue,
    La famille Killer,
    La famille Prise d'otage,
    La famille Zonzon.



    La famille Killer et la famille Prise d'otage


    Déjà là c'était original.
    Mais ça l'est devenu encore plus quand j'ai vu placé à côté
    un petit livre des Éditions Baleine
    "Les 7 familles du polar".
    Livre composé des 6 personnages x 7 familles = 42 nouvelles.
    Nouvelles de moins de 3 pages la plupart du temps
    et écrites par 42 auteurs différents.
    Donc Jeu des 7 familles édité conjointement avec un livre ou inversement.





    Je n'ai pas pu résister longtemps.
    Je n'ai même pas résisté du tout.
    J'ai donné ma piécette et suis parti sourire aux lèvres,
    ce qui est rare chez moi.
    They made my day.

    Petit bémol.
    Les nouvelles ne sont pas très intéressantes.
    Un peu normal, moins de 3 pages, un sujet imposé (une des cartes du jeu),
    ce n'est pas très facile à rédiger.
    Mais que l'idée est jolie.
    Vais ranger les 2 objets au rayon Curiosités de ma bibliothèque.
    Sourire aux lèvres.


    2 commentaires


  • B[LUDO]G Holmes.


    C'était en 2013,
    tout allait encore bien,
    Google Maps en est témoin.





    Depuis quelque temps il y a eu du changement dans cette boulangerie
    entre Candy et Raphaël,
    mon flair m'informe des indices qui en sont la preuve.





    Après une minutieuse observation de la scène de la boulangerie
    on peut voir très nettement que Candy est partie
    et qu'elle a peut-être même emporté avec elle la recette de la banette
    (à confirmer).





    Et hop, encore une affaire résolue !
    Élémentaire mon cher W[ATSO]N.


    votre commentaire