• Seulement féminine.
    Faut pas déconner non plus.


    Elle a lieu du 6 juin au 5 juillet 2015 au Canada.





    Je sens que ça ne vous intéresse pas trop.
    Mais si la France atteignait la finale, hein...
    Là ce serait différent, n'est-ce pas mesdames.
    Vous auriez des places pour la finale
    vous vous comporteriez dans les tribunes
    comme lors d'une représentation de Chippendales.
    Vos soutiens-gorges voleraient sur la pelouse !
    À moins de les avoir déjà tous brûlés lors de vos manifs avec le MLF.
    Ou bien d'être allées voir les Stones en concert lors de leur lointaine jeunesse.
    Ou bien d'être des Femen.

    Vous allez dire que c'est un peu macho tout ça.
    Voyons plutôt comment la presse s'intéressait aux footballeuses en 1975,
    un temps où elles étaient juste une curiosité.
    Écoutez ce journaliste de France Inter
    qui était allé interviewer une footballeuse.
    C'était il y a tout juste 40 ans.
    Il avait vraiment trouvé les questions justes à lui poser.


    21"

    J'ai le nom du journaliste, il a encore travaillé longtemps à France Inter.
    Mais je n'aime pas la délation.
    Il faudra me chatouiller, un peu, pour que je le dénonce.

    À l'époque certains appelaient les footballeuses... les footballettes.
    Mesdames, vous ne connaissez pas votre bonheur de nous fréquenter,
    nous, hommes charmants, de nos jours.




    4 commentaires


  • Elle a toujours l'air de sourire.










    C'est la boille.
    Pour ceux qui ne lisent pas les titres,
    prononcer boy comme un garçon anglais
    et non pas comme maroilles.

    Le bidon des producteurs de lait en Suisse.
    D'une contenance de 40 litres,
    elle est utilisée pour la collecte du bon lait
    qui va donner entre autres de la bonne tête de moine.
    En une vie,
    avant de prendre une retraite tristounette comme porte-parapluie,
    elle aura transporté 1460000 litres de lait.

    Pour leur éviter une retraite aussi pénible,
    Gérard Benoit à la Guillaume, un photographe franco-suisse,
    leur redonne vie en les photographiant.
    Il en possède maintenant plus de quatre cents.
    Il les a toutes achetées.

     

    " Je suis attaché à mes boilles
    et le matin quand je me lève,

    c'est la première chose que je fais,
    je regarde si elles sont contentes,
    si elles sont toutes là.
    Elles ont des humeurs,
    elles fonctionnent souvent par mimétisme
    avec mon humeur personnelle. "







    Il les photographie
    seule, à deux, à trois, à dix,
    effectue avec l'aide de connaissances
    des installations en groupes ou en colonnes de plusieurs centaines de bidons.

    Aussi bien en hiver,










    qu'en été.











    Ça se passe le plus souvent dans le Jura Suisse ou Français.





    Mais il lui est arrivé d'emmener ses boilles en vacances
    dans les dunes Marocaines du lac Iriki et de Chegaga.
    J'aurais bien voulu être une petite souris
    pour assister à leur rencontre avec les douaniers
    lors du passage des frontières.










    On dirait que la boille a peur
    comme un bébé lorsqu'on m'oblige à le porter.
    C'est vivant une boille !





    Gérard Benoit à la Guillaume
    a eu le déclic en s'intéressant à l'anthropomorphisme des objets.
    En répertoriant tous les objets ayant un visage plus ou moins humain.








     " Je ne conseille pas trop à toutes les personnes
    de commencer à s'intéresser à ce genre de chose
    parce que ça devient très facilement un toc
    et on s'aperçoit qu'on en est environné
    et qu'il y en a partout. "



    Il a abandonné les objets les plus courants
    pour se polariser uniquement sur les boilles.

    Il a également créé un site parlant de son aventure
    où vous pourrez trouver beaucoup de détails sur ses activités,
    livres, expos, etc.
    http://www.bidonssansfrontieres.com

    Pour finir,
    last but not least,
    un documentaire.
    C'est avec ce reportage de la RTS
    que j'ai appris à connaître ce photographe et à l'apprécier.
    Il dure 26 minutes, on ne voit pas le temps passer.
    Ce documentaire est beau.
    Leur hyper discrétion fait oublier
    qu'un reporter et une équipe technique
    accompagnaient tous les déplacements de l'artiste.
     La vedette ici c'est le photographe.
    Pas un journaliste l'interrompant sans arrêt
    pour essayer de se mettre maladroitement en valeur.

    Les nombreuses captures d'écran visibles dans cet article
    ont été réalisées à partir de ce reportage.





     " Moi j'suis heureux.
    Mes boilles aussi. "





    8 commentaires
  • Bi-



    Bop.


    Dans le dernier article
    http://bludog.eklablog.com/seuil-minimum-a117691694
    un monsieur s'était signalé parce qu'avant d'acheter une carte Monéo
    il avait acheté une chose curieuse.

    Je vais donc vous parler de cette merveille
    sortie du cerveau d'un ingénieux ingénieur.

    Le Bi-Bop.
    Le premier mobile français.





    Ça fait vraiment Chinois
    avant qu'ils n'apprennent à leurs petits enfants à construire des iPhones.
    Mais je n'ai pas réussi à trouver la nationalité du constructeur.
    Peut-être même était-il Français.

    Bien sûr, comme tout mobile,
    normalement il était d'abord destiné à une utilisation extérieure.
    L'ingénieux ingénieur avait pensé à tout.
    Il avait fait installer des bornes.
    Pour se servir du Bi-Bop
    il fallait d'abord trouver une borne permettant de se connecter.
    L'endroit où se trouvait une borne était marqué d'un autocollant bleu-blanc-vert
    fixé bien haut sur un poteau.





    Après avoir parcouru une partie de la ville le nez en l'air pour trouver une borne,
    – ça devait être presque aussi dangereux que de téléphoner au volant de nos jours –
    il fallait se placer près de la borne et ne pas trop s'éloigner pour passer un appel,
    mais également se placer près de la borne
    et ne pas trop s'éloigner pour recevoir un appel
    que l'on allait recevoir.
    Il fallait donc des dons de devin pour recevoir des appels.
    Ainsi qu'un abonnement spécifique,
    l'option "Bi-Bop Réponse"...

    Le Bi-Bop a été lancé en 1991 d'abord à Strasbourg,
    puis dans quelques villes seulement,
    Lille, Paris, leur banlieue, et quelques villes touristiques.
    À Paris on trouvait une borne à moins de cinq minutes de marche.

    ♫♪♪♫♫ These boots are made for walking ♪♪♫♪♫

    Certains survivants disent que la qualité de la communication
    était plus que moyenne.
    D'autres affirment que la qualité de la communication
    était supérieure à celle des nouveaux mobiles.
    Bon, en restant en stand-by sous une antenne GSM
    il y a certainement également moins de coupures.
    Il faut quand même préciser
    que la portée d'une borne, disait-on, pouvait aller jusqu'à 300 mètres.
    Mais si on sortait de son rayon d'action,
    même en entrant dans une zone voisine,
    la communication était coupée...

    On avait beaucoup d'imagination à l'époque.
    On pouvait acheter une base assez chère à installer chez soi.
    Pour ?
    Pour pouvoir téléphoner avec son Bi-Bop quand on était chez soi...
    Il était également adaptable aux entreprises.
    Et là, en plus de pouvoir téléphoner grâce à une base d'entreprise
    le Bi-Bop pouvait également servir d'interphone...
    Il lui auraient fait faire le café il aurait eu encore plus de succès.

    Oui, je sais, ça paraît incroyable qu'on ait lancé une telle chose.
    Et surtout qu'il y ait eu des abonnés.
    C'était un peu la cabine téléphonique réinventée,
    sans cabine,
    ce qui fait qu'on était mouillé quand il pleuvait.

    Ce produit a été lancé alors qu'apparaissaient les premiers téléphones mobiles.
    En 1997 il disparaissait,
    va savoir pourquoi.

    Encore un article de french-bashing, allez vous dire.
    Mais faut pas s'étonner que le french se fasse basher en inventant des trucs pareils.
    Sauf qu'ici l'Allemagne avait effectué des tests avec la même technique.
    Et la Grande-Bretagne l'avait également commercialisé
    mais avait arrêté les frais au bout de dix-huit mois.

    Par contre j'ai connu des étrangers qui nous enviaient notre Minitel.



    14 commentaires


  • Il reste encore de beaux métiers.


    Comment aimer se rendre à son travail ?
    Simplement en ayant un travail intéressant
    et surtout amusant.
    Et ça ne concerne pas uniquement les jeunes
    qui hésitent entre conducteur de locomotive et gynécologue, non.
    Vous aussi pouvez être concerné si vous voulez changer de voie professionnelle.
    Il faut toujours saisir une bonne opportunité.
    Il suffit de choisir la bonne réorientation et la bonne formation.
    Il n'est jamais trop tard pour se préserver du bore-out.
    Le bore-out ce n'est pas le surmenage au travail qui conduit au burn-out,
    mais c'est l'ennui au travail.
    Merci qui ?

    Bon, d'accord B[LUDO]G.
    Alors, c'est quoi ton métier miracle ?

    Je vous sens impatients, donc concernés.
    Allez travailler pour Julien Lepers.
    Trouvez les questions les plus ridicules à poser aux p'tits vieux
    pour qu'ils dépensent leur maigre retraite en appels téléphoniques surtaxés.




    Si jamais vous gagnez les 15 jours de vacances,
    je suppose que c'est pour deux personnes.
    Alors pensez à emmener quelqu'un de S[YMPATHIQU]E.

    Dans le même genre ces derniers temps

    Quel est le mois le plus court de l'année ?
    1. Février / 2. Août
    Quel nom porte la ligne imaginaire où le ciel et la terre semblent se confondre ?
    1. L'horizon / 2. La ligne de vie
    Quel légume de couleur orange se consomme cru, râpé ou cuit ?
    1. Le poireau / 2. La carotte
    Quel plat à base de poissons est une spécialité de la ville de Marseille ?
    1. La bouillabaisse / 2. La tartiflette

    Et il ne doit pas y avoir uniquement des humoristes
    à "Questions pour un champion".
    Il doit aussi y avoir un devin.

    Oui.

    L'émission prémonitoire est passée samedi dernier.
    Mais vous savez certainement que les émissions ne sont pas en direct.
    Elles sont enregistrées en bloc quelques semaines avant leur diffusion.
    Or voici la question posée dans l'émission diffusée il y a quelques jours.




    Mais comment il a pu avoir ce flash ?

    Pour ceux qui ne lisent pas tout sur le blog
    et qui ne suivent pas l'actualité cannoise.
    http://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/catherine-deneuve-contre-dunkerque-la-polemique-en-quatre-actes_902879.html

    Étonnant, non ?


    Ou bien Catherine Deneuve est pigiste à "Questions pour un champion" ?
    Ce serait une explication rationnelle.



    20 commentaires


  • Shaun d'œuf.




    McDonald's est,
    en plus de sa restauration rapide,
    un spécialiste du petit jouet joliment conçu.
    Souvent quand un film au succès attendu se prépare
    se dépêche-t-il d'acheter une licence
    pour faire profiter sa clientèle de petits gadgets
    que moi qui suis encore jeune aime bien.

    Mercredi le 14 mai ce sera le retour de Mad Max.



    Je frétille déjà d'impatience.
    Ce serait chouette que dans les Happy Meal
    on découvre
    coups de poings américains,
    lances acérées,
    colliers à pointes
    (surtout ne pas le porter à l'envers, quoique...),
    grosses chaînes,
    ou encore boomerangs aux bords affûtés comme des rasoirs.

    S'ils n'y ont pas pensé je vais être déçu.
    Déçu, déçu, déçu.





    – Pour moi ce sera un Happy Meal
    avec jouet exclusif King Size.
    Attention de ne pas vous blesser.
    Merci.
    Non, le hamburger je n'en veux pas.
    Non, je ne reste pas pour le WiFi.




    18 commentaires