• Incipit (0)



    Ça a débuté comme ça
    Voyage au bout de la nuit
    – L.-F. Céline –




    Le train de nulle part
    Michel Thaler


     Quelle aubaine !
    Une place de libre, ou presque, dans ce compartiment.
    Une escale provisoire, pourquoi pas !
    Donc, ma nouvelle adresse dans ce train de nulle part:
    voiture 12, 3ème compartiment dans le sens de la marche.
    Encore une fois, pourquoi pas ?

    – Bonjour Messieurs Dames.
    Un segment du voyage avec vous !
    Ou peut-être pas !
    Tout comme la totalité de l'itinéraire, du moins le mien !

    À ces mots de circonstance,
    en pleine harmonie avec la situation,
    une grognasse parfumée dans le vulgaire,
    à califourchon sur son baudet de service,
    l'œil migrateur,
    les lèvres taillées pour d'autres itinéraires,
    les mains grassouillettes aux relents d'eau de vaisselle,
    le sourire scatologique;
    bref, tout un programme !





    -+-

    Ça vous donne envie de lire la suite ?

    -+-

    Et accessoirement, il n'y a rien qui vous interpelle dans ce texte ?
    Une curiosité qui ne saute pas forcément aux yeux à la première lecture ?



    « Champagne ?Eux aussi veulent avoir belle apparence »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 17:32

    Serait-ce qu'il n'y a aucun verbe ? shocked

    2
    Mercredi 18 Novembre 2015 à 18:01

    Quel commentaire curieux...
    .
    .
    .
    .
    .
    .

    Bravo !
    Pas un seul verbe dans tout le bouquin, environ 200 pages.
    Dans ma réponse non plus.  :-)
    Hé, facile, déjà cinq phrases.

    Stop aux verbes et aux fautes de conjugaison !

    B[LUDO]G, content de lui.

    3
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 08:35

    mince alors ...bon ce sera pour le prochain jeu !!!
    contrainte tenue tout au long du livre ?

    4
    Vendredi 20 Novembre 2015 à 08:45

    Oui, oui.
    Près de 200 pages.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :