• La femme n'aime pas les échecs



    Qu'ils disent.


    Vous connaissez la collection de petits livres carrés
    édités au siècle dernier chez Marabout,
    collection baptisée
    "Marabout Flash, l'encyclopédie permanente de la vie quotidienne".

    Oui ?
    Vous êtes donc vieux.
    Ou au mieux plus tout jeune.

    On y trouvait de tout,
    " Je suis prestidigitateur ",
    " Le mariage réussi ",
    " Je nourris mon enfant "
    (c'est simple, direction kébab),
    " La graphologie ",
    " Je suis secrétaire ",
    " La bonne cuisine de l'ouvre-boîtes "



    qui mériterait un article à lui tout seul,
    " Sauvez vos dents ",
    " Faire son chemin dans la vie ",
    " Je choisis mon manteau de fourrure ",
    " Nous recevons ",
    " La beauté du buste ",
    " 100 recettes pour les malades du foie ",
    " Nous étions timides ",
    " J'ai vaincu mes rhumatismes ",
    " Je suis physionomiste ",
    " Je conduis mieux ",
    " Triomphez de l'angoisse ",
    " Je construis mon logis ",
    " Silhouette parfaite en 15 jours ",
    " Dansons ! "
    etc.

    Tout ça dans des livres de 160 pages d'une dimension de 11,5 cm sur 11,5 cm.
    Du vrai livre de poche.
    Si vous voulez encore d'autres titres, je peux fournir.
    " Je suis colombophile ",
    " Vacances sous la tente ",
    " Petits restes... grands plats ",
    " Les accidents de la vie quotidienne ",
    " Couleurs, joyaux, parfums, fleurs ",
    " Je consulte un avocat "
    doivent être bien aussi.

    Et dernièrement,
    jouant peu aux échecs et ne pratiquant quasiment jamais la prise en passant,
    voulant vérifier la règle
    (on prend le pion où il se trouve ou bien où il devrait être ?)
    qui se trouvait embrumée dans ma mémoire,
    j'ai pris en main
    " Je joue mieux aux échecs "
    évitant ainsi de saisir un volume plus imposant.





    J'ai vérifié la prise en passant.
    Je l'avais encore bien en tête.
    On prend le pion où il devrait être.
    J'étais content de moi.
    J'ai alors feuilleté l'ouvrage.
    Et je suis tombé sur ça.

    Le copyright de ce petit opus est de 1967.
    Je vous l'ai scanné,
    ainsi il reste dans son jus.
    Et ça m'évite d'user mes doigts et mon clavier.









    Pas bien compris le rapport avec le titre
    " Je joue mieux aux échecs ".







    « Le commerçant n'a rien compris aux profondes motivations de ses visiteursLe chic français »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Françoise
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 11:18

    Hum... Le dernier paragraphe de la p. 141 me convient :-)

    Mais sans doute ne faut-il pas généraliser...

    2
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 14:06

    Justement, à moi aussi.  smile
    J'ai même failli ne garder que ce dernier paragraphe.
    ...
    Euh, comment ?
    Ça se voit tant que ça ?...  oops

    3
    Françoise
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 19:47

    Que tu n'en penses pas un mot ? OUIIIIIIIIIIIIIIII !

    4
    Françoise
    Dimanche 31 Janvier 2016 à 19:48

    PS : ma fille adore ton hamster... et les carottes bien sûr.

    5
    Lundi 1er Février 2016 à 07:14

    Oui, il est mignon ce hamster, mais il m'inquiète un peu.
    7/7, 24/24, toujours à manger...
    Ça soigne la boulimie un vétérinaire ?

    6
    Françoise
    Lundi 1er Février 2016 à 21:32

    Je n'ai jamais fréquenté de vétérinaire... Ah si, jadis naguère il y a fort longtemps un arriviste arrivé qui snobait mon chat de gouttière...

    Arrête de lui en éplucher et émincer ???

    7
    Mardi 2 Février 2016 à 06:05

    T'as vu à quoi il ressemble ce matin ?
    Il commence à faire peur.
    Je le mets immédiatement à la diète.

    8
    Françoise
    Mardi 2 Février 2016 à 06:57

    Je te soupçonne de ne pas aimer les rongeurs... après  la souris culturiste qui meurt d'épuisement voilà le pauvre hamster qui va exploser...

    Et les canidés non plus en y repensant :-(

    9
    Mardi 2 Février 2016 à 07:43

    Meuh non, je l'aime bien ce hamster. C'est bien pour ça que je le mets à la diète.
    C'est pas comme un autre hamster que j'ai connu qui réussissait à sortir de sa cage la nuit.
    Et qui une fois est tombé dans un pouf dont le haut était ôté pour pouvoir y ranger un bouquin d'affiches de mai 68 au format original.
    Et qui a passé sa nuit pour essayer de ressortir du pouf à griffer et ronger tout le bas du bouquin sur toute son épaisseur...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :