• Y'a comme un défaut



    Défaut de bâtonnet.


    Vous aimez les bâtonnets glacés ?
    Bien sûr que vous les aimez.
    Alors vous devez avoir le même problème que moi.

    Voici un Magnum fraise/chocolat blanc fort appétissant.





    Vous croquez dans la fine pellicule de chocolat blanc
    et déjà votre bouche est emplie d'un délicieux parfum de fraise.

    C'est à la fin de la dégustation que se trouve le défaut.
    Il reste toujours un peu de chocolat blanc sur le bâtonnet.





    On peut bien sûr le laisser fondre dans la bouche, mais c'est long.
    On peut aussi le racler avec les dents, mais c'est un peu désagréable.
    Et surtout réalisable seulement avec difficulté.
    Ici vous avez un bâtonnet
    où il reste seulement du chocolat sur la surface plate du bâtonnet.
    Mais le plus souvent il reste également du chocolat sur la tranche,
    et là, même avec les dents...

    C'est pour ça que je préfère les Mars qui n'ont pas de bâtonnet.

    Mais je mange malgré tout des Magma,
    parce que le bâtonnet me sert pour diverses activités de bricolage.
    Par exemple
    mélange de 2 composants
    ou remplacement d'une courroie dans un vieux projecteur
    qui semble avoir été construit par un concepteur de casse-tête.

    Il me faut bien 2 bâtonnets par an.
    Alors je conserve les bâtonnets
    après les avoir lavés à l'eau chaude.





    Comment ?
    J'en garde beaucoup trop alors qu'il ne m'en faut que 2 ou 3 par an ?

    Pfff...
    Vous alors...
    Vous n'avez jamais entendu parler de l'allongement de l'espérance de vie ?

    « Eux deuxVous avez déjà vendu une voiture ? »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Françoise
    Dimanche 1er Septembre à 14:09

    Ben non j'aime pas, c'est quoi cet a priori ?

    De la graisse et du sucre autour d'un truc chimique à arômes divers... beurk

    Les bâtonnets propres sont sympas mais tu peux ne consommer que des Mars pendant quelques décennies, ouf !

    Je ne vois plus les doux nœuds de ta maman ?

      • Dimanche 1er Septembre à 17:14

        C'est ton droit.
        Mais que serait la fraise Tagada sans l'addiction à son goût si chimiquement parfumé.
        Et, dans un autre registre de la gastronomie française, tout le monde sait que dans les frites c'est le sel qui est le meilleur, la pomme de terre, bof.

        Joli les Doux Nœuds de ma maman.
        Ma maman et ma grande sœur c'était Femmes d'aujourd'hui, un journal sérieux, pas frivole. Dommage, j'aurais bien aimé un jour mettre la main sur une vieille collection de Nous Deux.
        J'ai comme l'impression que toi aussi tu regrettes de ne pas avoir pu vivre les grandes heures de cette revue.
        Alors voici.

        On va moderniser l'histoire et dire que le beau jeune homme a écrasé la poule de la belle fermière avec sa trottinette électrique, le goujat.
        Mais sèche tes larmes, ça se terminera certainement après moult chamailleries par un beau mariage.
        Ils vécurent heureux et blablabla...
        Aaaaaaaaaahhhh, je me sens tout chose...

    2
    Françoise
    Dimanche 1er Septembre à 22:51

    Perso je préfère "Et s'ils ne sont pas morts, ils sont toujours vivants" comme chute.

    Chacun·e ses goûts ! 

    Ah mais si, j'ai lu des Nous Deux.

    Oups, je crois que mon copier/coller se remarque. sarcastic

      • Lundi 2 Septembre à 07:07

        Mais là c'est "Wir Zwei", non?
        Seul·e·s les fidèl·e·e·s (oui, j'aime bien me compliquer la vie) téléspecta·teur·teuse·s de Karambolage pourront comprendre.

        PS: Marquer, copier dans le bloc-notes, marquer dans le bloc-notes et copier dans le blog. Pas de trace de copie, innocente comme l'agneau qui vient de naître.

    3
    Françoise
    Dimanche 1er Septembre à 23:02

    PS : pas de "Confidences" dans tes collections ?

    Toute une éducation de garçon à refaire ! smile

      • Lundi 2 Septembre à 07:11

        Je n'ai croisé "Confidences" qu'en couverture chez le marchand de journaux. C'est une revue  qui n'a jamais franchi le pas de notre porte.
        Mais j'ai compris que tu étais en manque.

        Je te vois émue. Essuie la petite larme qui coule le long de ta joue.

        Mais j'ai croisé à l'époque Marlène Schiappa quand elle faisait la une de l'almanach de Radio Luxembourg. :-)

    4
    Jeudi 19 Septembre à 22:46

    Ha ha ! Billet super drôle !
    (Le petit bout de chocolat qui reste, j'y vais avec la langue, transversalement ! :-) voilà !)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :