• Aïe !




    Vuillemin


    votre commentaire


  • On va devoir adapter nos livres de cuisine.



    Diego Aranega / Le canard enchaîné / 8 avril 2020


    votre commentaire


  • Il est si simple de s'adapter aux mauvais comportements.


    Il y a longtemps,
    avant que la ville de Paris ne pense à les copier,
    les Anglais avaient résolu le problème intelligemment.

    http://bludog.eklablog.com/c-est-du-propre-a118632336

    Mais ça c'était avant.
    Le fumeur avait encore trop souvent tendance à jeter son mégot par terre.

    Un ingénieux ingénieur suisse a résolu le problème différemment.
    Plutôt que d'interdire la mauvaise action,
    il a décidé de l'encourager.
    Dorénavant les fumeurs de Bâle
    vont pouvoir jeter légalement leurs mégots par terre.
    Par terre mais pas n'importe où,
    sans ça l'amende salée subsistera.

    L'ingénieux ingénieur suisse a inventé le cendrier de trottoir.

    Hein ?
    Mais à quoi cela ressemble-t-il ?

    À ça.





    Une grille en acier sous laquelle se trouve un réceptacle
    récupérant les mégots écrasés virilement du pied.
    Un autocollant représentant un cochon indique clairement où ça se passe.
    On peut y écraser jusqu'à 1000 mégots.

    L'endroit stratégique pour placer ces cendriers
    est bien sûr un endroit où on trouve beaucoup de mégots écrasés.
    Les arrêts de bus et de tram se sont vite imposés.

    Le Bâlois fumeur usager des transports publics est écolo.


    2 commentaires

  • Passer en revue un quotidien régional
    nous en apprend bien plus qu'une longue étude.



    Un Italien compare
    une édition de son quotidien régional du 9 février 2020
    avec celle du 13 mars 2020.

    En fait il compare seulement
    le nombre de pages d'avis de décès dans chaque exemplaire.

     


    1½ page le 9 février.
    10 pages le 13 mars.

    Mais on voit toujours le mauvais côté de cette pandémie.
    La crise économique qui nous menace,
    tous ces emplois perdus,
    la valeur des entreprises en chute libre.

    Alors qu'il y a des branches florissantes
    depuis le début de l'apparition du covid-19.
    Ne parlons même pas de tout ce qui est médical, paramédical et hygiène.
    Il y a aussi les journaux qui se refont une petite santé
    grâce aux annonces mortuaires.
    Mais surtout, surtout...

    Les fleuristes.

    Grands fournisseurs de couronnes mortuaires
    et de bouquets en tous genres
    le jour de l'enterrement.
    Et chaque année à la toussaint
    les rescapés repasseront encore plus nombreux dans leurs boutiques.
    Qui espérons-le seront classées
    "indispensables à la vie du pays".
    Tout comme les bureaux de tabac.
    Un rente à vie.

    Ne soyez plus préoccupés par la baisse de votre portefeuille d'actions.
    Investissez en valeurs de fleuristes !


    2 commentaires


  • La preuve.


    Alors non seulement le COVID-19 me prive de mes premiers vide-greniers
    à cause de leur annulation,
    mais en plus il crée des troubles gastriques dans la population.
    Ce qui a des répercussions désastreuses sur la vie en société.

    Regardez ce qui arrive
    quand les gens n'ont plus de papier pour s’essuyer le derrière.
    Un avant-goût de ce que nous réserve le futur.


    Si vous préférez du plus sauvage,
    c'est ici.


    Ça castagne dur.

    Mais B[LUDO]G, comme toujours,
    est là pour aider.

    Donne-leur une feuille de papier toilette et ils en auront pour une fois.
    Apprends-leur à le produire eux-mêmes et ils en auront pour toute leur vie.

    Tout d'abord, téléchargez ce fichier.
    (bouton droit -> Enregistrer l'image sous)



    Maintenant, sans vous en être rendu compte,
    vous disposez d'une réserve quasi inépuisable de papier toilette.

    Imprimez ce fichier au format A4.
    Cela devrait seoir à tout séant.
    C'est vous qui déciderez
    quand votre stock de papier toilette sera suffisant.


    -+-


    En bonus un petit tableau récupéré sur le site de la sécu
    pour savoir si vous avez de la fièvre.





    J'en étais resté à 37°comme température normale.
    Et qu'en-dessous de 36°on était quasiment mort.
    Les variations des données du tableau sont tellement grandes
    qu'il ne doit pas y avoir beaucoup de personnes se sentant malades.
    Ça va faire des économies pour la sécu.

    Mais j'ai quand même appris en me documentant
    que la température du corps humain sain
    a connu une baisse importante en un siècle.
    Vous en doutiez-vous ?


    4 commentaires