• Le nouveau Tarantino.


    Avant d'aller voir "Once upon a time... in Hollywood ",
    replongeons-nous dans l'ambiance de l'auteur.

    Un extrait de " Boulevard de la mort (Death Proof) " sorti en 2007
    où déjà on trouvait un cascadeur comme premier rôle.

    Ouïe !!!

    Et il ne faut jamais sortir ses jambes par une vitre latérale,
    même si les gambettes sont mignonnes.
    Par une vitre avant ou arrière non plus d'ailleurs.

    Hé les filles,
    le nom du groupe c'est
    " Dave Dee, Dozy, Beaky, MiCK and Tich ".
    Je n'arrive pas à voir où est le gag
    dans la fausse prononciation du nom du groupe.
    Peut-être tout simplement Tarantino a-t-il voulu en faire un gag
    parce qu'autrefois il entendait beaucoup de gens
    avoir du mal à prononcer le nom du groupe.
    Moi-même j’avais d'ailleurs mis quelque temps à l'apprendre correctement.


    votre commentaire


  • Plus de canicule.


    Hélas, elle est rapidement passée.

    Rappelez-vous les conseils prodigués par le gouvernement.
    http://bludog.eklablog.com/c-est-comme-ca-qu-on-est-bien-a165741354

    Pendant la canicule
    il faut
    bien manger
    beaucoup boire
    se doucher
    ne pas faire d'efforts physiques
    fermer les volets
    ne pas sortir.

    La canicule s'est arrêtée,
    mais là les autorités ne donnent plus de conseils de bon sens.
    Donc c'est moi qui m'y colle,
    si on ne fait pas tout soi-même dans ce pays...

    Maintenant
    il va de nouveau falloir
    moins manger
    peu boire
    ne pas se doucher
    faire des efforts physiques
    (QUOI ?!?!)
    ouvrir les volets
    de nouveau sortir.

    C'est pas une vie.
    Vivement la prochaine canicule.

    -+-

    Ah, mais...
    Pendant la canicule il ne fallait pas boire d'alcool,
    donc maintenant...


    2 commentaires


  • L'aïd el-kébir c'est aujourd'hui.






    MARRE DES ABATTAGES RITUELS !!!


    votre commentaire


  • L'occasion de faire des rencontres.




    Août 1980


    Qui se ressemble s'assemble.
    Amusez-vous bien.

    Mais surtout ne revenez pas avec un chagrin d'amour.

    -+-

    À graver dans un petit coin de votre mémoire,
    ça peut toujours être utile si vous êtes en manque d'inspiration.

    « Vous êtes libre à dîner ?
    Vous êtes libre à aimer ?
    Est-ce qu'on a le droit de vous désirer ? »
    – Bertrand Blier –

    Après ça,
    toute femme normalement constituée doit être toute frétillante.


    2 commentaires


  • It was 50 years ago yesterday.


    C'est dans un instant que tout va commencer.



    Attention...
    Hop, c'est parti.





    Oui, c'était bien hier,
    il y a juste 50 ans,
    que la photo de l'une des pochettes les plus célèbres de la musique populaire a été prise.



    C'est Iain MacMillan qui le 8 août 1969 au matin
    a déclenché son appareil 6 fois en 10 minutes.
    « Je me souviens qu'on a demandé à un policier de bloquer la circulation
    pendant que j'étais sur l'échelle à prendre les photos.
    J'ai pris une série de clichés des Beatles en train de traverser dans un sens.
    On a laissé quelques voitures passer,
    et puis je les ai photographiés pendant qu'ils traversaient dans l'autre sens.
    La photo qui a été finalement choisie était la cinquième sur six prises.
    C'était la seule où leurs jambes formaient un V parfait,
    ce que je voulais pour l'esthétique ».
    Curiosité, les Beatles ont choisi la prise de vue
    où ils tournent le dos aux studios Abbey Road
    et non pas celle où ils s'y rendent.
    Ils se sépareront officiellement un mois plus tard.

    Autre curiosité.
    Du côté droit de la route dans l'ombre des arbres bordant celle-ci
    se trouve Paul Cole,
    un touriste américain pris dans la photo sans le savoir.
    En vacances à Londres avec sa femme
    il avait refusé d'entrer dans un musée de plus :
    « Je lui ai dit, j'ai vu assez de musées.
    Tu y vas, tu prends bien ton temps,
    et moi je reste ici pour voir ce qui se passe dehors. »
    Bien lui en a pris.
    Il engagea alors la conversation avec un policier assis dans son van
    (visible aussi sur la pochette de l'album),
    parlant de Londres et du trafic routier.
    Il finit par voir des gens traverser la rue « comme une ligne de canards »,
    qu'il prit pour « une bande de fous » à cause des pieds nus de Paul McCartney.
    Ce n'est qu'un an plus tard qu'il découvrit, estomaqué, la pochette de l'album.

    Mais une chose est sûre.
    Paul McCartney était vivant avant de traverser la rue.
    Sur le trottoir il portait encore des claquettes aux pieds.

    Le complotisme ne date pas d'aujourd'hui.


    votre commentaire