• Il n'y a pas que Bernadette qui s'y intéresse.






    Quel est l'intérêt pour le commerçant d'installer une telle machine ?
    Et surtout quel est l'intérêt pour le client de l'utiliser ?
    Une machine dans laquelle le client peut glisser ses pièces jaunes
    (de 1 centime à 2 euros quand même, très jaune la pièce de 2 euros)
    pour recevoir en échange un bon d'achat valable dans l'hyper.

    Pour le client, j'ai vraiment du mal à y voir un intérêt.
    Les pièces jaunes sont acceptées dans n'importe quel commerce.
    Dans cet hyper on peut également payer avec ses pièces jaunes.
    Pour éviter les caissières qui le plus souvent semblent dérangés par mon arrivée
    – et je ne veux pas déranger les caissières discutant avec leur voisine de caisse
    des derniers rebondissements des "Chtis à Vladivostok" –,
    le plus souvent je passe à la caisse automatique
    et même la petite caisse gobe les pièces jaunes.
    Et surtout je paie presque toujours par carte.
    Quand je paie en liquide
    c'est parce que je veux de la monnaie pour aller la dépenser dans les vide-greniers.

    Le bon d'achat on est contraint de le consommer dans l'hyper.
    Et en entier en une seule fois.
    Je vois mal le client découper avec des ciseaux le bon pour faire l'appoint.
    Tout bénef pour l'hyper.
    On peut également oublier de présenter le bon d'achat lors du paiement.
    Et pire le perdre avant la prochaine visite dans cette grande surface.
    Encore tout bénef pour l'hyper.
    On peut raisonnablement penser aussi qu'il y a une date limite d'utilisation du bon d'achat,
    donc une fois encore tout bénef pour le magasin si la date limite d'utilisation est dépassée
    parce qu'on l'a oublié dans un vêtement parti au lave-linge.
    Et un bon d'achat récupéré dans un filtre de lave-linge...
    En tout cas cette machine doit être rentable pour son propriétaire.
    Ça fait plusieurs mois qu'elle est là
    et je ne pense pas que le propriétaire soit un philanthrope.
    Enfin, j'affirme des trucs, je n'en sais rien.

    Que ferait Albert Londres s'il écrivait cet article ?
    Il irait vérifier avant d'écrire des bêtises.
    Je vais donc payer de ma personne et de ma voiture pour aller vérifier.
    Justement dernièrement,
    l'eau ne s'écoulant plus correctement,
    j'ai dû nettoyer le filtre du lave-linge.
    Et j'y avais trouvé ceci.



    Ce n'est pas une pièce de monnaie de l'époque mérovingienne.
    Mais bien une pièce de 1 centime
    ayant subi pendant plusieurs mois les outrages du Skip.
    Effrayant, non ?
    C'est bien sûr la pièce que j'envisage d'utiliser pour mener à bien mon expérience.

    J'y vais.
    Je monte dans mon fier destrier à moteur et je reviens.

    ...
    Une heure s'est écoulée...
    ...

    Je suis de retour.
    Alors d'abord j'ai glissé ma pièce dans la machine.
    La machine n'aime pas les pièces de 1 centime à l'allure mérovingienne et l'a recrachée.
    Alors que la Banque de France après moult contrôles l'aurait certainement acceptée.
    J'ai alors fait le sacrifice d'une pièce de 1 centime présentable,
    si déjà j'avais fait le déplacement...
    J'ai glissé cette nouvelle pièce dans la machine,
    lui ai dit lorsqu'elle me l'a demandé que je n'avais pas d'autre pièce,
    "Voulez-vous vraiment votre votre bon d'achat maintenant?",
    oui, bien sûr, je suis venu exprès pour ça.
    Toc.
    (L'écran tactile ne fait pas clic).
    L'écran tactile est revenu sur la page d'accueil.
    ET AUCUN BON D'ACHAT N'EST SORTI DU BANDIT MANCHOT !

    La machine est installée à l'accueil du magasin.
    J'ai donc facilement pu appeler l'hôtesse d'accueil
    et lui ai expliqué que je ne recevais pas le bon d'achat pour ma pièce de 1 centime.
    Elle a alors appuyé plusieurs fois,
    de plus en plus fort,
    sur l'écran tactile
    et miraculeusement mon bon d'achat est apparu.
    "Oui, on a du mal avec cet écran tactile.
    Vous avez le montant crédité correspondant aux pièces que vous avez insérées?"
    J'avais le montant de toute ma pièce de 1 centime
    crédité sur mon bon d'achat.
    Le bon est valable un mois.



    Mais je ne vais pas le donner à mon passage en caisse.
    Surtout qu'il n'est pas accepté en caisse automatique.

    Je vais l'encadrer et pendant plusieurs générations lors des repas de famille
    on pourra évoquer la mémoire de l'ancêtre un peu loufoque
    qui s'était fait imprimer un bon d'achat de 1 centime par une machine attrape-couillons.
    Peut-être même qu'ils boiront un coup à ma santé.




    8 commentaires


  • La kerria lacca.


    La kerria lacca est une cochenille asiatique de la famille des Kerriidae.
    Elle recouvre de ses sécrétions
    tout ce qu'elle touche dans le but louable de protéger son nid.



    En séchant cette salive donne une croûte visqueuse.
    Elle est alors récoltée sur le tronc des arbres,
    concassée puis purifiée à chaud à l'aide d'un solvant.
    La masse pâteuse ainsi obtenue est ensuite mélangée avec
    de l'alcool éthylique,
    méthylique,
    butylique,
    amylique,
    de l'ammoniaque,
    de la soude caustique,
    de la potasse,
    du borax,
    et des carbonates alcalins.
    Tout ça pour en faire une jolie gomme d'enrobage
    de couleur orangée ou blond doré
    pour recouvrir sucreries et pâtisseries diverses et variées.
    Ce produit est alors appelé E904 ou par un petit nom mignon, le shellac.

    Qu'on peut entre autres déguster sur une bûche café-noisette de Picard.



    Alors déjà ce n'est pas très appétissant de savoir qu'on va manger
    de la salive de kerria lacca
    concassée puis purifiée à chaud à l'aide d'un solvant,
    puis mélangée avec
    de l'alcool éthylique,
    méthylique,
    butylique,
    amylique,
    de l'ammoniaque,
    de la soude caustique,
    de la potasse,
    du borax,
    et des carbonates alcalins.

    Mais je me pose quand même une question.
    Quel esprit malade s'est un jour imaginé
    qu'on pourrait mélanger
    de la salive de kerria lacca
    concassée puis purifiée à chaud à l'aide d'un solvant,
    puis mélangée avec
    de l'alcool éthylique,
    méthylique,
    butylique,
    amylique,
    de l'ammoniaque,
    de la soude caustique,
    de la potasse,
    du borax,
    et des carbonates alcalins
    pour ensuite la manger.

    Faut vraiment avoir beaucoup de fantaisie...

    Régalez-vous.
    https://www.foodwatch.org/fr/accueil




    4 commentaires


  • Cot Cot Cot Codêêêêêêêc.






    Vous connaissez la signification du code
    se trouvant sur les boîtes et même sur les œufs vendus dans le commerce ?

    0: œufs de poules élevées en plein air
    (au moins 2,5m² de terrain extérieur par poule)
    et nourries avec une alimentation biologique
    1: œufs de poules élevées en plein air
    (au moins 2,5m² de terrain extérieur par poule)
    2: œufs de poules élevées au sol
    (élevage intensif en intérieur mais sans cage - max. 9 poules/m²)
    3: œufs de poules élevées en cage ou en batterie
    (18 poules/m²)

    Le numéro du fameux lot d'œufs contaminé au Fipronil est le
    0NL43651-01.

    Oui, 0.
    Je suis rassuré.
    Même si on passe au tout bio, le monde ne s'écroulera pas.
    Les scandales alimentaires continueront.

    Je vais tranquillement rester au 1 comme je le fais depuis très longtemps.
    Mais je prends les "Label rouge" 1
    qui contrairement à leurs collègues 1 non "Label rouge"
    n'ont pas droit dans leur alimentation à un colorant inoffensif mais inutile
    qui rend le jaune plus jaune.
    Moi j'aime bien le jaune naturel.




    votre commentaire


  • Nous allons tous pouvoir devenir des mannequins.


    Dimanche dernier,
    en parcourant un vide-grenier,
    je suis tombé amoureux d'un métronome électronique.
    Ça ne faisait que la deuxième fois en un mois
    que je voulais me pacser avec un métronome.

    L'affaire fut rondement menée.
    La vendeuse ne voulait pas baisser le prix,
    mais quand on aime on ne compte pas,
    j'ai donc allongé rapidement mon billet de 3 euros.

    Rentré chez moi
    j'ai voulu remplacer la pile qui probablement devait être changée
    car l'appareil ne fonctionnait pas.
    Et là, crac, une fiche du connecteur reste accrochée à la pile plate 9V.
    J'en fus donc réduit à remplacer le connecteur.
    Et pour cela il fallait ouvrir l'appareil,
    puis dessouder l'ancien connecteur pour pouvoir le remplacer par un nouveau connecteur.
    Ce qui risquait de faire des cochonneries.
    Donc il fallut protéger la table avec un prospectus publicitaire.

    Tout ça pour en arriver à ça.

    J'ouvre le prospectus au hasard pour qu'il couvre plus de surface.
    Je commence mon travail et c'est là que,
    attendant que le fer à souder qui est également un fer à dessouder
    soit apte à effectuer son office,
    je vois qu'il y a des mannequins sur la page du prospectus.
    D'habitude dans les prospectus les pages de promo textile ne m'intéressent pas,
    moi c'est nourritures solides et liquides qui attirent mon regard.
    Et quelle ne fut pas ma surprise
    de voir sous chaque mannequin la mention
    " Photographie retouchée ".






    Même lui.



    J'avais entendu parler de ça,
    mais j'avais cru comprendre
    que cette mention était réservée
    aux photos de mannequins paraissant dans les magazines de mode.
    Mais non, toutes les pubs textiles semblent donc devoir se soumettre à cette directive.
    Je vais donc pouvoir aller poser comme mannequin pour des vêtements,
    même des vêtements laissant voir beaucoup de peau nue,
    on me modifiera avec un logiciel de retouche photo,
    puis j'apparaîtrai aux yeux du monde
    sous mon meilleur jour photoshopé.
    Et vous aussi vous pourrez le faire.
    Nous tous !

    Finis les mannequins comptant les feuilles de salade nature dans leur assiette
    et obligés de faire du sport pour avoir un corps de rêve.
    Dorénavant la mention
    " Photographie retouchée "
    suffira.

    Je me pose quand même la question de savoir
    à quoi ressemblaient ces modèles avant retouche.

    À la limite il faudrait appliquer cette réglementation à d'autres illustrations.
    Je suis sûr que les pages de promo pour
    la viande,
    le poisson,
    les fruits et légumes,
    sont également retouchées.
    C'est du moins ce que je constate souvent en allant faire mes courses.

    Et le métronome allez vous me dire ?
    Il se porte bien, merci de prendre de ses nouvelles.
    Bien que le fabricant ait caché une vis d'une façon très vicieuse.
    Mais bibi a su déjouer le piège.
    Et le voici tout beau, tout propre, tout en forme.
    Il fait toc... toc... toc...
    au tempo désiré.
    Il y a même une fonction tempo en lumière,
    en haut à droite de l'appareil.
    Sans le son.
    Les sourds peuvent également s'en servir.



    Photographie non retouchée



    votre commentaire


  • C'est le prix
    mais c'est plus cher.



    Encore un truc probablement légal
    mais limite donnant envie de crier.

    Donc je crie.
    AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHH !!!

    Un prospectus glissé dans ma boîte aux lettres.





    Une chaîne de petits magasins audio/vidéo/électro-ménager affiliés à un groupe
    auprès duquel ils doivent probablement pouvoir bénéficier de prix d'achat
    plus avantageux que chez un grossiste
    et en même temps profiter de publicités toutes prêtes.



    – Cliquer sur la photo pour l'agrandir –


    C'est écrit petit.
    Je le traduis pour ceux qui ont un problème d'audition.

    " Certains magasins ne disposent pas de la totalité des articles de ce catalogue.
    Les prix sont donnés à titre indicatif,
    chaque point de vente étant libre d'appliquer sa propre tarification. "

    La télé est tant dans la pub. Mais je vous la vends 10% plus chère.

    L'optimiste pensera qu'elle peut aussi être vendue moins cher que dans le prospectus.

    En même temps ce n'est pas de la publicité mensongère.
    Ils indiquent un prix mais préviennent que ce n'est pas forcément le bon prix.

    Je ne suis pas un spécialiste du droit de la consommation,
    mais ça ressemble quand même beaucoup à du couillonnage.
    C'est pas moi qui irai faire un achat dans cette boutique.





    2 commentaires